A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.EconomieEconomie.Personnalités.PolitiquePolitique.Société

MOBILITE Les agglomérations de Nîmes et Alès font front commun avec le conseil général

P1080553"En matière de mobilité et d'infrastructures, c'est une avancée historique". C'est en ces termes que Damien Alary, président du conseil général du Gard a salué la signature, mardi après-midi, d'un protocole d'intention entre l'assemblée départementale et les communautés d'agglomérations de Nîmes-Métropole et du Grand Alès. Il s'enrichira ce jeudi de la signature du président du conseil régional LR, Christian Bourquin, puis du paraphe des parlementaires du Gard, de l'Etat  et vraisemblablement de partenaires privés. Ce protocole d'intention qui sera transmis au ministre des Transports pour validation et financement, porte sur les grands projets structurants suivants : achèvement de la 2 x 2 voies entre la Calmette et l'entrée nord de Nîmes, aménagement de la déviation nord de Nîmes sous maîtrise d'ouvrage du conseil général, lancement du contournement ouest de Nîmes sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, ainsi que création de haltes ferroviaires entre Nîmes et Alès. "Preuve est faite que nous pouvons travailler ensemble sur des projets ambitieux", a commenté le président Alary, avant de souligner que l'Etat était sollicité pour 42 M€.

Cette information a été divulguée ce mercredi matin, à la faveur de la séance publique du conseil général du Gard toute financière consacrée au vote du compte administratif 2012 (réalisé à 100 % en fonctionnement et 66,8 % en investissement) et de la décision modificative 2013. Jugée conforme aux prévisions budgétaires, cette dernière délibération a été votée par la seule majorité de l'assemblée départementale. Rejoint par le conseiller général de Nîmes,  Thierry Procida (UDI), le pôle UMP a voté contre, le groupe des élus du centre et sans étiquette s'est abstenu. Ce premier budget supplémentaire porte sur 2,5 M€, soit 0,27 % du budget primitif, "établi au plus près de la réalité et de la vérité" pour utiliser l'expression même du président Alary, il a confirmé deux tendances lourdes : le déficit des 3 allocations de solidarité (Allocations aux personnes âgées, Revenus de solidarité active et Allocations Adultes Handicapés) et la fragilité des recettes, notamment celles des droits de mutation qui sont en chute libre. On ajoutera à cela des transferts de charge approximatifs et "une réforme fiscale bâclée par le précédent gouvernement".  "Il est anormal que les départements aient à supporter ces déficits qui relèvent de la solidarité nationale. Cela devient insupportable, c'est un véritable garrottage financier", a commenté Damien Alary, avant de mettre en garde le gouvernement de Jean-Marc Ayrault : "Attention, si rien n'est fait, nous ne serons plus capables de présenter les prochains budgets".  

Est-ce la proximité des élections municipales ? Ou la volonté de Laurent Burgoa de conforter son rôle de leader de l'opposition départementale ? Ou peut-être un peu des deux... mais cette séance publique du conseil général a été émaillée de nouvelles passe-d'armes entre le chef de file du pôle UMP et le président du conseil général. A plusieurs reprises, le conseiller général et maire-adjoint de Nîmes a reproché - comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises auprès du préfet - des approximations et négligences dans la présentation et le vote des budgets. Ce qui a eu le don d'irriter plusieurs de ses collègues de la majorité. "Burgoa n'a rien à dire sur le fond alors il va sur la forme. Il essaye d'insinuer que les élus et les services du conseil général seraient coupables de tricheries. A ce que je sache, le président Alary n'a pas été suspendu du port de sa légion d'honneur (Et vlan !). Quand on aime le miel, on ne craint pas les abeilles", a déclaré Patrick Malavieille (La Grand Combe), faisant référence directe à la sanction qui frappe Jean-Paul Fournier. "Lamentable", lui a sèchement rétorqué Laurent Burgoa, avant de prendre une autre volée de bois vert du président Alary: " C'est la première fois que je vois de telles suspicions et insinuations. Il est normal que vous critiquiez mon budget, mais ce que vous distillez et insinuez est pitoyable, insuppportable. Vous installez une ambiance désagréable. Vous allez même jusqu'à parler d'embrouille. Où il est le temps où il y avait un président de groupe d'opposition qui s'appelait Jean Poudevigne. C'était la classe et le talent, une opposition qui nous enrichissait, alors que maintenant je suis peiné, je m'ennuie terriblement à écouter vos litanies."  

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “MOBILITE Les agglomérations de Nîmes et Alès font front commun avec le conseil général”

  1. Pôvre Burgoa, il fait n’importe quoi pour montrer qu’il existe, et essayer de s’affirmer en tant que leader de l’opposition au conseil général. Comme décrit dans l’article ci-dessus, il y a eu des élus d’opposition qui ont eu l’intelligence de travailler avec ceux de la majorité, mais cela c’était en d’autres temps…

  2. …Il est anormal que les départements aient à supporter ces déficits qui relèvent de la solidarité nationale. Cela devient insupportable…

    Alary sait la situation de notre pays. Il en est en partie responsable. Trop facile de botter en touche.
    Le PS aux manettes suit par idéologie la politique de Bruxelles et de Berlin, les yeux fermés.

    …Attention, si rien n’est fait, nous ne serons plus capables de présenter les prochains budgets…

  3. Heureusement qu’il y a laurent Burgoa, c’est le seul qui dénonce avec raison la politique de gabegie d’alary et ses amis
    Deux oreilles et la queue pour son action depuis 2011 à mr Burgoa!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité