A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.EconomieEconomie.Personnalités.PolitiquePolitique.Société

RELOCALISATION Le ministre Arnaud Montebourg rend hommage à la société Eminence à Aimargues

P1080812Vingt après la visite du Premier ministre, Pierre Bérégovoy, et à la veille du soixante-dixième anniversaire de la création, en 1944, de l'atelier artisanal de bonneterie de Nîmes, devenu Eminence après l'avènement du slip à poche (1950) puis du slip taille basse indémaillable (1968) qui transforma un banal sous-vêtement en un authentique accessoire de mode, Arnaud Montebourg, le fringant ministre du Redressement productif était, ce lundi après-midi, l'invité de l'entreprise Eminence, basée à Aimargues, où elle emploie quelque 350 personnes. Cet effectif est abondé par la centaine de salariés du satellite de Sauve, où sont cousus les sous-vêtements tricotés, taillés et coupés à l'usine mère. Guidée par Dominique Suau et Joseph Serres, respectivement président et directeur d'Eminence et Athena, les deux dernières marques de sous-vêtements à posséder des usines de production en France, cette visite ministérielle avait pour principal objectif d'honorer une entreprise "symbole  de l'engagement des industriels en faveur du Made in France".

P1080791Pour partager cette reconnaissance et cet encouragement à élargir la production Made in France (pour l'heure 50 % des 22 millions de pièces Eminence et Athena vendues chaque année, proviennent du territoire national) quatre des six députés du Gard (seuls manquaient Christophe Cavard  - EE/LV- et Gilbert Collard -Front national - pourtant sur sa circonscription) entouraient Arnaud Montebourg, aux côtés de Damien Alary, président du conseil général, Hugues Bousiges, préfet du Gard, Eric Giraudier, président du Medef-Gard... ainsi que plusieurs élus de la commune d'Aimargues, réunis derrière leur maire, Jean-Paul Franc. "Eminence est une entreprise exemplaire qui a lutté pour préserver un outil de travail conquérant, ingénieux, créatif et performant, malgré la Bérezina que nous a infligée l'Asie en matière de textile. Lorsqu'elle a choisi de relocaliser ses lignes sur ses sites du Gard, elle a pris une décision courageuse et conforme à ce que nous souhaitons. Nous pensons que l'industrie française a un avenir considérable devant elle", a commenté Arnaud Montebourg, devant les personnels de l'entreprise. Deux sondages confortent ses espérances : 95 % des consommateurs estiment qu'acheter Made in France constitue un acte citoyen, 77 % sont disposés à payer un petit peu plus cher un produit fabriqué en France... alors qu'ils sont dans majorité des cas tout aussi compétitifs que des produits manufacturés à l'étranger.

P1080831Après les grandes entreprises Atoll, Loréal, Rossignol ou Smoby qui ont montré l'exemple, plusieurs PME et PMI s'inscriraient dans des projets de relocalisation. Parmi les raisons qui guident cette tendance : des salaires qui s'envolent dans les pays à bas coût, ainsi qu'une facture de transports chaque jour davantage élevée. "Nos industriels comprennent qu'il faut rapprocher les lieux de production et de consommation", a ajouté Arnaud Montebourg, à la manoeuvre pour convaincre les industriels d'accélérer le mouvement, via des mesures incitatrices : réduction de 6 % du coût du travail avec le crédit d'impôt compétitivité, baisse des dépenses d'énergie, réorientation de la commande publique vers un peu plus de patriotisme... Sans omettre la création d'un Fonds de revitalisation industrielle, destiné en priorité à financer les relocalisations. Dans chaque région, un chargé de mission a été installé pour nouer le dialogue avec les industriels. Il s'agit pour le Languedoc-Roussillon, d'Astrid Souton, présente aux côtés d'Arnaud Montebourg.

P1080837A l'issue de cette visite ministérielle où il s'est vu offrir un tee-shirt Eminence et un boxer tricolore - une série spéciale Allez France, créée pour Athena - le ministre du Redressement productif a remis des médailles spécialement frappées par son ministère, à Marie-Carmen Perez, la plus ancienne salariée d'Eminence (entrée en 1971, elle était alors âgée de 16 ans), à la benjamine Julie Dupont, 25 ans, recrutée en juillet 2012 au service Qualité, ainsi qu'à Dominique Suau, président d'Eminence.

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “RELOCALISATION Le ministre Arnaud Montebourg rend hommage à la société Eminence à Aimargues”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité