A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.Municipales 2014.Personnalités.Polémique.PolitiquePolitique.Société

CANDIDATURE ALARY Les premières réactions…

Après l'annonce par Damien Alary de sa candidature comme tête de liste aux élections municipales de mars prochain à Nîmes, voici les premières réactions recueillies auprès des principaux animateurs de la vie politique locale :

Sylvette Fayet (Front de gauche) : "Je prends bien entendu acte de la candidature de Damien Alary et de Françoise Dumas. Ce n'est pas vraiment une surprise. Pour ma part, je continue avec le Front de Gauche à élaborer un projet pour Nîmes, avec la participation des citoyens. C'est  sur un contenu que des femmes et des hommes s'engagent. Un large rassemblement à Gauche doit être initié pour battre le droite et les ambitions du FN. Ce large rassemblement ne pourra pas faire l'économie d'un positionnement clair sur toutes les politiques d'austérité qui sont un frein au  mieux vivre ensemble et à la mal vie de nombreux Nîmois".

P1080910

 

Jean-Paul Boré (Tous pour Nîmes et son agglomération) : "J'ai appris la candidature de Damien Alary par la presse, ce n'est pas une surprise. J'ai noté que la distribution des rôles était déjà faite. Nous, depuis deux ans et demi, nous nous évertuons à mettre en avant un projet municipal que nous avons élaboré avec un maximum de citoyens. Nous souhaitons le rassemblement le plus large possible sur la base de ce projet que nous présenterons prochainement à la population. Par ailleurs, je peux vous confirmer que nous n'avons pas été contactés et il n'est pas question pour nous de répondre à une question qui ne nous a pas été posée, à une invitation qui ne nous a pas été adressée. Depuis deux ans et demi, nous faisons la démonstration que nous pouvons sortir des clivages et travailler ensemble, au-delà de nos orientations politiques. Ceci dit, TPNA n'entreprendra nulle démarche, ne prendra nulle décision sans l'avis de ses 500 militants".

Julien Sanchez (FN) : "Damien Alary avait indiqué il y a un an qu'il ne serait candidat PS à la Mairie de Nîmes qu'en cas d'union préalable de la gauche. L'annonce officielle de sa candidature ce jour nous indique donc que, comme l'UDI Yvan Lachaud qui s'apprête à se coucher devant le Sénateur-Maire sortant UMP Jean-Paul Fournier pour la promesse d'un poste de Président d'Agglo dans le cas hypothétique d'une victoire UMP-UDI, Jean-Paul Boré et Alain Fabre-Pujol, qui n'avaient à la bouche que le projet, se coucheront sans doute eux aussi dans les prochaines semaines pour des promesses de postes faites par le PS. Le Front National (1er parti du Gard), lui, ne promettra de postes à personne mais avancera sous ses couleurs, avec un programme clair de redressement. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Sa tête de liste sera annoncée avant mi octobre, au moment où les Nîmois s'intéresseront aux municipales. Pour l'heure, les Nîmois et le FN s'intéressent à l'emploi qui manque, au pouvoir d'achat qui diminue, à l'insécurité et à l'immigration qui augmentent et dont sont seuls responsables l'UMP comme la gauche PS/PC qui dirigent la France et Nîmes sans discontinuer depuis 30 ans et ne représentent en aucun cas des nouveautés. Sénateur-Maire pour l'un, Président de conseil général et Vice-président de conseil régional pour l'autre : Ces deux candidats ne sont que l'incarnation d'un système vieillissant dont les Français ne veulent plus."

 

Laurent Burgoa (UMP) : "Damien Alary vient d'annoncer sa candidature à Nîmes. C'est un non événement comme il se plairait à dire pour celle d'autres candidats puisqu'il avait annoncé son intention suite aux élections législatives de 2012. Le conseiller général de Saint Hippolyte du Fort, élu de Pompignan, président du conseil général du Gard et vice-président de la région Languedoc Roussillon est un parfait cumulard socialiste dont le futur projet de loi Valls sur le sujet devrait le faire réfléchir sur cet exemple type de cumul de mandats. En effet, candidat à Nîmes, M. Alary pourra t'il toujours être proche de ses concitoyens de son canton cévenol ? La décence comme l'a rappelé le député Cavard avec raison serait qu'il présente tout de suite sa démission de la présidence du conseil général du Gard. Nous attendons des actes, Mr Alary !!!"

 

Christian Bastid (PCF) : "Si l'on peut prendre acte avec attention de l'annonce de la candidature socialiste de Damien Alary à Nîmes, le chemin sera encore long pour parvenir à battre la Droite et l'extrême-droite. Il faudra d'abord être clair et offensif sur les pratiques et le contenu de la gestion UMP-UDI. Proposer ensuite au débat citoyen un projet en rupture avec les politiques locale et nationale d'austérité et répondant aux besoins des nîmoises et des nîmois. Favoriser par des moyens originaux l'irruption des habitants dans les choix et les prises de décision. C'est à ce prix que pourrait se réaliser un large rassemblement des forces de gauche respectueux de la diversité et de la représentativité de chaque famille progressiste."

 

Vous aimeriez aussi

7 réactions sur “CANDIDATURE ALARY Les premières réactions…”

  1. mais bien sûr! on sait très bien qu’ils se rangeront derrière lui ou un autre car la gauche est désamparée et personne n’aura le cran d’aller jusqu’au bout!

  2. et si on parlait de projet et de stratégie?
    Depuis de nombreuses années à Nîmes, dans le Gard et en Languedoc les résultats électoraux se détériorent pour les forces de progrès. Certes il y a eu le sursaut de la Présidentielle avec François Hollande à 51% sur Nîmes, mais il y a la tâche brune du FN dans le sud du Gard qui ne cesse de s’étendre. Et le mouvement social se sent bien seul dans les luttes de «terrain» ou de principes pour affronter la crise et ses effets.
    Il est temps que cela cesse et faire fi des ferments de division souvent dus aux luttes de personnes à gauche, comme à droite.
    La dévastation du cadre de vie (garrigues, quartiers abandonnés, plaines agricoles livrées aux promoteurs), l’extension et l’institutionnalisation du chômage (14% à Nîmes, un jeune sur deux, un habitant sur deux dans les quartiers sensibles), la compression continue du revenu (taux de pauvreté à 17%), les libertés menacées (la parole des citoyens ça sert à quoi ?), le racisme et la xénophobie inscrits durablement dans notre ville, une recentralisation des territoires qui éloigne le peuple de Nîmes de la démocratie (Conseil d’Agglomération monocolore, pôle métropolitain Nîmes/Alès à la gestion secrète), la hausse des impôt mortifères, la dette mal gérée (emprunts toxiques, hausse continue depuis 2010), la santé publique en cause (alertes ozones), la tranquillité publique qui n’est plus assurée au quotidien, une gestion pitoyable des grands chantiers……. Toutes choses qui obligent à la réunion des forces vives de la ville pour dire stop.
    Les partis de gauche et écologistes: PS, Europe écologie-les Verts, PCF, PG, PRG, MRC, G.E.… ont toute légitimité pour agir dans le cycle électoral qui s’ouvre ainsi que de nombreux acteurs issus du mouvement associatif et du champ républicain qui ne veulent pas baisser les bras dont “Nîmes simplement” et “Tous pour Nîmes”.
    Pour cela il faut qu’ils scellent une nouvelle alliance rendant son honneur à la politique et l’espoir au peuple de Nîmes et portent un projet novateur. Parce que nous jugeons essentiel de battre la droite et l’extrême droite sur notre ville, les chemins du rassemblement y compris pour les plus réticents doivent s’ouvrir. Après tout les Québécois montrent la voie sachant être compétiteurs pour les élection fédérales ou provinciales et sachant se rassembler pour leur ville.
    Certes nous savons que les moyens des élus locaux sont bridés au regard des enjeux évoqués, mais nous sommes tous d’accord, écologistes et partisans de la gauche, pour le retour en régie publique de l’eau, la baisse des impôts, la relance de l’activité économique, la qualité du logement, la tranquillité publique, le soutien aux associations d’insertion, sportives ou culturelles, le développement de la citoyenneté, le déploiement des énergies renouvelables, …..
    Nous connaissons, aussi, les pesanteurs de la prise de décision dans des appareils politiques organisés, mais est ce à un homme ou une femme de décider pour tous?
    notre devoir est de remplacer la préservation du pré carré des uns et des autres par une plate-forme de lancement d’une force porteuse d’une nouvelle utopie redonnant du sens au combat républicain dans la ville (et l’Agglomération) harmonieuse et équilibrée que nous souhaitons et que nous aimons. si vous êtes d’accord avec cet appel: fabre-pujol@orange.fr

    1. Mr Alain Fabre Pujol les nîmois vous ont renvoyé chez vous en 2001 et ont confirmé cette sanction en 2008. Vous n’avez pas un minimum d’orgueil et de fierté pour oser revenir vous présenter encore une fois ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité