Du côté d'Alès

SAINT-JEAN-DU-GARD & FALGUIÈRES 17èmes Rencontres Abraham Mazel, du 05 au 07 juillet 2013

Affiche été 2013

 

XVIIe RENCONTRES ABRAHAM MAZEL à Saint-Jean-du-Gard et Falguières, du 05 au 07 juillet 2013.

Thème de cette édition estivale : Marginalisation et ségrégation dans les sociétés modernes et contemporaines

On a souvent parlé de lieux de Refuge, de Terres d’accueil. Mais nos sociétés ont aussi été marquées par les marginalisations et les ségrégations qu’elles ont engendrées. C’est ce thème qu’interrogent les Rencontres Mazel de cet été en observant divers aspects : religieux, moraux, politiques, ou sociétaux.

www.objectifgard.com vous propose de découvrir le programme complet :

VENDREDI 5 JUILLET Ouverture des Rencontres

21 H- Salle Stevenson Saint Jean du Gard-Patrick Cabanel – Professeur des universités- Toulouse

« Comment sortir de la ségrégation ? L’exemple historique des minorités huguenote et juive en France, 17e-20e siècles. »

Protestants et juifs ont longtemps constitué, en France, des minorités marginalisées et tenues par la loi, l’État, la société, dans une situation de ségrégation et d’infériorité. Elles en sont sorties grâce à la liberté et à l’égalité qui leur ont été offertes sous la Révolution, mais aussi (et surtout ?) par un énorme travail d’intégration, de quête d’excellence et de reconnaissance – une « résilience » collective ? -, qui leur a permis de répondre pleinement à la promesse que la modernité leur a faite. La sociologue Dominique Schnapper a parlé de groupes qui ont voulu devenir « les bons élèves de la classe ». Cette rencontre s’est effectuée au profit de tous, minorités concernées et majorité nationale.

 

SAMEDI 6 JUILLET – MAISON MAZEL (Falguières)

11h-12h : Eckart Birnstiel - Enseignant / Chercheur Université Toulouse

« Les protestants, une frange de la société française (XVIe – XVIIIe siècles) »

Entre la Réforme et la Révolution, les protestants français sont restés toujours une minorité marginalisée, d’abord persécutée, puis tolérée, enfin officiellement supprimée. Le conférencier posera la question pourquoi ce fut ainsi. Pourquoi la France n’est-elle pas devenue un pays protestant ?

12h00 : Vernissage exposition Henri Lindegaard

Aquarelles et tableaux originaux de la « Bible des Contrastes »

 

Restauration (Possibilité sur place – Réservation souhaitée : 04 66 85 33 33)

 

14h-15h : Henry Mouysset – Retraité Education Nationale

« La peste en Gévaudan (1720-1722) »

Après une rapide relation des circonstances de l’arrivée de la peste en Gévaudan (puis de la contamination progressive de 26 de ses paroisses), j’évoquerai les comportements des diverses autorités nationales et locales pour tenter de stopper l’épidémie (palissades de La Canourgue, blocus du Gévaudan, désinfections et quarantaines…), mais surtout ceux de tous ces villageois ou citadins face au terrible fléau, enfermés la plupart du temps dans leur maison ou dans des huttes.

 

15h -16h : Daniel Bartement Géographe -Maître de conférences (Université Montpellier 3)

« Fin de la vigne, fin du textile, fin de la campagne : les métropoles nouvelles sont arrivées »

La métropole comme signe de la destruction du territoire. Exemple de l’énormité Montpellier Unlimited… quand les limites sont franchies, il n’ y a plus de bornes.

 

16h-17h : David El Kenz : Maître de Conférences Histoire moderne Université Dijon

« Quand des marginaux deviennent des héros d’Histoire : le scandale de la possession de Loudun »

En 1634, le procès pour sorcellerie du curé de Loudun Urbain Grandier défraya la chronique. En 1971, à Londres, des émeutes éclatèrent contre The Devils, film de Ken Russell qui retraçait l’affaire. Pourtant la production avait, par précaution, expurgé l’œuvre. Les protagonistes de Loudun, le curé mis à mort, Jeanne des Anges, la prieure accusatrice, possédée, puis sainte, son exorciste-guérisseur le jésuite Jean-Joseph Surin et une cité, Loudun, où coexistaient catholiques et protestants, sont devenus des symboles de liberté contre l’ordre établi. Ils constituent des exemples de l’héroïsation de la femme, de l’hystérique, du libertin ou encore du mystique, figures de marginalité bien connues dans l’historiographie savante. Cette intervention se propose d’étudier celles-ci à travers le fait divers diabolique et expliquer pourquoi ont-elles tant fasciné des écrivains comme Aldous Huxley, des cinéastes comme Jerzy Kawalerowicz et Ken Russell ou des historiens comme Michel de Certeau. Ce fut sans doute le scandale qui retint l’attention, scandale comme dynamique de l’histoire et de création esthétique.

DIMANCHE 7 JUILLET – MAISON MAZEL (Falguières)

11h00- 12h00 : Jennifer Oculi : Doctorante Histoire

« Huguenots et Apartheid en Afrique du Sud : d’une mémoire de tolérance à une politique ségrégationniste »

Le Cap de Bonne-Espérance, alors colonie néerlandaise, a accueilli dès 1688 une centaine de familles huguenotes auparavant installées aux Provinces-Unies des Pays-Bas. Leurs descendants, alliés aux boers d’origine néerlandaise, comptent parmi les artisans de l’apartheid établi en Afrique du Sud en 1948. Dans quelle mesure la mémoire huguenote a-t-elle servi à construire le mythe du « premier occupant » faisant de du peuple blanc le propriétaire légitime des terres sud-africaines ?

 

Restauration (Possibilité sur place – Réservation souhaitée : 04 66 85 33 33)

 

14h-15h : Guillaume Faburel Géographe-urbaniste, Université Lumière Lyon 2

« Les campagnes en résistance à la compétition métropolitaine »

Il s'agira de montrer que la métropolisation, telle que défendue aujourd'hui, répond d'une longue histoire de la conception néolibérale de la ville. Et que, à ce jour, le foisonnement des initiatives de la résistance socio-écologique constitue une alternative. Les campagnes seraient-elles l'avenir de la ville ?

 

15h30-16h30 : Frédéric Gal Directeur Général -Délégué Régional Montpellier / Languedoc-Roussillon

« Le Refuge, une prise en charge spécifique pour une thématique spécifique »

Présentation de l’association le Refuge, ses buts et objectifs : à savoir l’hébergement de jeunes victimes d’homophobie familiale, l’accompagnement social et psychologique et la réinsertion sociale. Un accent est aussi mis sur les interventions en milieu scolaire, avec une explication plus développée sur les comportements homophobes et leurs conséquences.

 

17h00 : Table –ronde : Synthèse "Marginalisation, ségrégation"

Participation des historiens, chercheurs, associatifs, militants…

Il y aura à la table-ronde : Hubert Pfister, maire de Saint Martin de Lansuscle, président de la communauté de communes des Hauts gardons qui parlera de la difficulté de l'habitat en Cévennes, Wilhem Sunt, associatif, qui parlera de l'accueil réservé aux nomades en camions et marginaux, Frédéric Gal, directeur général de l'association "le Refuge" qui fera le point sur l'exclusion homophobe et Bruno Barrillot, co-fondateur de l'observatoire des armements sur les "exclus du bout du monde, les polynésiens et les conséquences des essais nucléaires".

Prix Libre pour l’ensemble des Rencontres

Renseignements 04 66 85 33 33 / maison.mazel@gmail.com

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité