A la uneActualité générale.ActualitésActualités Gard.Personnalités.Polémique.PolitiquePolitique.Santé.Société

SOCIAL Campement Roms de la route de Caissargues à Saint-Gilles : toujours pas de terrain d’entente

P1090199"Nous sommes surpris et inquiets de ne pas avoir plus d'informations. Nous nous posons la question de la volonté réelle des pouvoirs publics de faire le travail". Cette observation s'est inscrite en filigrane de la conférence de presse organisée récemment par le collectif de soutien des Roms de Caissargues, après le report - sur décision unilatérale du préfet du Gard - de la réunion du comité de suivi de ce 5 juillet dernier : une table ronde où chacun des partenaires devait établir, avant les grandes vacances, un point d'étape précis sur le suivi médico-social de chacune des familles de migrants, leur  transfert sur un terrain de transit équipé de bungalows (ce premier déplacement avait été estimé à environ 70 000 € de dépense), puis dans des logements définitifs pour ceux et celles souhaitant s'établir de façon pérenne en France. http://www.objectifgard.com/2013/06/17/solidarite-des-solutions-transitoires-pour-fermer-le-campement-de-roms-de-caissargues/

"On sentait une volonté de conciliation... et puis tout d'un coup, plus rien ! Comme si les engagements pris le 17 juin dernier ne devaient être tenus que durant trois semaines. Nous avons le sentiment que la préfecture ne sait plus trop sur quel pied danser. Il n'y a plus de cohérence, plus de conducteur de travaux, comme si tout venait de s'effondrer" , ont affirmé les animateurs(trices) du comité de défense, préoccupés par la situation d'insalubrité "de ce foyer de misère" établi sur la commune de Nîmes, le long de la route conduisant de Caissargues et Saint-Gilles. Certes, le campement aux allures de bidonville a été débarrassé des ses tonnes d'immondices, mais il n'y a toujours pas de toilettes, pas d'électricité et pas la moindre goutte d'eau pour subvenir aux besoins de la quinzaine de familles installées sur ce délaissé, propriété de Réseau Ferré de France. Plus préoccupant encore, aucun des enfants ne peut être inscrit à l'école, tant qu'une localisation définitive n'a été établie. "Nous lançons un cri d'alerte afin qu'une solution politique soit trouvée et qu'on ne laisse pas pourrir cette situation. Il y a une réelle mise en danger des populations, leur sort est en jeu".

P1080423Mis en cause par un comité de soutien qui en appelle à la vigilance des citoyens, le préfet du Gard, Hugues Bousiges transmettait au même instant à la presse, les éléments suivants :

A la suite de la 4 ème réunion du comité de suivi chargé de l'évaluation des situations des personnes présentes dans un campement illicite route de Saint-Gilles à Nîmes, le Préfet du Gard rappelle que ses engagements ont été tenus. Et d'affirmer : "Après avoir engagé une évaluation sociale des résidents de ce campement, réalisée par les services de l’État, du Conseil Général, de la Croix Rouge et de l’Adejo, plusieurs axes avaient été fixés afin d'améliorer la situation de ces populations" :

· L’accès à la santé : Un bilan sanitaire a été effectué par les services sociaux. En matière d’hygiène, l'entreprise Ocvia a procédé à l’évacuation des déchets présents sur le site, plus de 180 mètres-cubes de déchets ont été enlevés. Des citernes d’eau potable ont été installées et sont en cours de remplissage, afin de pourvoir aux besoins des personnes présentes, durant les mois de très fortes chaleurs.
· L’insertion par l’emploi : Les services de l’État ont engagé un diagnostic concernant « l’employabilité » de ces personnes qui ont toutes exprimé le souhait de rester sur le territoire national. Les entretiens d’évaluation des
compétences, famille par famille, ont débuté cette semaine. Ces opérations sont financées grâce à une enveloppe déléguée par la Délégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement des personnes sans abri ou mal logées.
· L’apprentissage de la langue française : Le Préfet du Gard a missionné une association pour intervenir dans le cadre de l’apprentissage de la langue française.
· Le relogement des familles présentes sur le campement : La société Ocvia, propriétaire du terrain occupé, n'effectuera des travaux sur ce terrain qu'en fin d'année 2013. Il n'est ainsi plus nécessaire de mettre en place un « sas » provisoire destiné à l’insertion sociale de ces personnes : désormais, l'objectif fixé est de régler la situation
d'hébergement et de logement de ces familles avant la fin de l'année 2013.

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “SOCIAL Campement Roms de la route de Caissargues à Saint-Gilles : toujours pas de terrain d’entente”

  1. Mettez les à l’hôtel …. ! comme chez ACOTEL au Mas de Ville le long du périphérique à côté de la caserne CRS ! il y en a déjà et c’est COMPLET !
    là c’est une situation qui perdure ! au détriment du quartier et du voisinage seul l’hôtelier est satisfait : il est assuré de revenus …!
    sans quoi son hôtel était voué à la fermeture –

    N’y a t’il pas de la place à l’auberge de jeunesse ?
    ben NON – car c’est dans un quartier plus huppé où il ne faut déranger PERSONNE !
    c’est gravissime ……… !

  2. Je trouve complètement aberrant de voir que des personnes se permettent de venir squatter un terrain qui ne leur appartient pas et d’avoir autant de privilèges :
    on leur « nettoie le pas de la porte », on leur donne de l’eau potable, on les aide à trouver un emploi, on leur donne des cours de français.Tout cela gratuitement au frais de l’Etat.
    Et nous dans tout ça? Nous devons payer un loyer, notre eau , nos cours, on peine à trouver un emploi malgré nos diplômes, et bien évidemment quand il y a des déchets dans notre jardin, on relève nos manches et on se débrouillent nous même!

    Alors tant qu’à faire, autant que nous aussi on ailles squatter, et vandaliser les maisons voisines, on vivra à titre gratuit avec toutes les aides possibles et inimaginables! Ah non j’oubliais, nous autres, nous devons nous débrouiller tout seuls!

    Je ne suis pas raciste, mais pourquoi les aider alors qu’ils foutent le bordel de partout où ils passent et qu’ils ne respectent rien? Tellement de personnes respectueuses, travailleuses, honnêtes… auraient besoin d’aide mais n’en reçoivent pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité