A la uneNîmes Olympique

NÎMES OLYMPIQUE – ISTRES : 0-3. C’est de pire en pire…

Nenad Kovacevic et Jérôme Leroy, deux grands joueurs sur la pelouse d'Alès ce soir
Nenad Kovacevic et Jérôme Leroy, deux grands joueurs sur la pelouse d'Alès ce soir

Ce soir, les crocos étaient censés franchir un pallier, ils devaient passer la seconde comme on dit. Au lieu de ça, excepté quelques confirmations, l’équipe a enclenché la marche arrière. Après une première demi-heure correcte, les joueurs ont laissé le jeu à une équipe d’Istres qui semble bien plus préparée que les nîmois. Attention, le temps passe : plus que trois semaines avant la reprise…

Au coup d’envoi de cette rencontre au stade Pierre Pibarot d’Alès, Victor Zvunka aligne une équipe « type ». Un grand mot quand on voit la liste des blessés qui pourraient potentiellement en faire partie : Gragnic, Poulain, Parpeix, Ogounbiyi, Benmeziane… Kovacevic, lui, est bien sur la pelouse. Après cinq minutes, il trouve Nouri qui décale Hsissane légèrement excentré. Le milieu offensif nîmois frappe en force au premier poteau. Denis Petric, le portier istréen, est sur la trajectoire. Quelques minutes plus tard, Ripart place une bonne tête sous la barre mais Petric sort le ballon d’une belle claquette (11’). Ripart qu’on retrouve encore, sur un caviar de Kovacevic, seul face à Petric. L’attaquant nîmois tente le grand pont mais le gardien, par un bon tacle en dehors de sa surface, sauve son équipe de justesse (25’). Voilà quasiment l’intégralité des occasions nîmoises ce soir. Parmi les motifs de satisfaction, il y a ce duo de récupérateurs Bouby-Kovacevic qui tient la route, les efforts de Nouri pour réveiller son équipe, les pointes de vitesse de Cordoval sur son flanc droit et la prestation convaincante et rassurante de Michel en deuxième période dans les buts nîmois. Plus inquiétant en revanche, la difficulté à se procurer des occasions, peut-être dû à l’absence d’un vrai numéro 10. Autre inquiétude : à la lecture de la feuille de match, on découvre que Mathieu Robail était sur le terrain.

Nîmes Olympique - FC Istres
Nîmes Olympique - FC Istres

Un patron, l’équipe de José Pasqualetti en a un. Il s’appelle Jérôme Leroy et il a commencé sa carrière professionnelle en 1995 ! Agé de 38 ans, c’est lui qui va ouvrir le score dans ce match et d’une jolie manière. Sur un ballon contré par un bras nîmois, la balle revient à l’entrée de la surface sur Leroy qui surprend la défense et Merville d’un lob intelligent. Un but plein de métier (38’). 0-1. Dans la foulée, Bagaly Dabo, attaquant d’Istres, double la marque sur une tête décroisée en sautant plus haut que les défenseurs nîmois. 0-2.

L'équipe d'Istres
L'équipe d'Istres

Comme la fin de première période, le début de la seconde est en faveur des joueurs d’Istres. Le très bon Dabo, idéalement servi, devance la sortie de Michel d’un petit lob qui s’écrase contre la barre (50’). Nîmes a eu chaud. Les joueurs de Zvunka répliquent timidement par Nouri d’une frappe hors du cadre (55’) ou par Lançon d’un tir pas assez appuyé pour inquiéter Petric (69’). Les istréens, eux, poursuivent leur démonstration par l’intenable Dabo qui, cette fois, ajuste parfaitement son lob sur Michel (83’) 0-3. Dans la tribune, un supporter nîmois se lève et rouspète avant de quitter le stade. Un match à oublier pour tout le monde.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité