A la uneActualitésPolémique.PolitiquePolitique.

ÉVANGÉLISTES À CODOGNAN : « On ne peut rien leur dire à ces gens-là », regrette le maire

Le campement des évangélistes à Codognan
Le campement des évangélistes à Codognan

Dimanche soir, à 21 heures, alors qu’il prend l’apéritif chez des administrés, le maire de Codognan Michel Julien reçoit un coup de téléphone. C’est la police. On l’informe que des caravanes entrent dans son village et s’arrêtent au niveau du parcours de santé, à l’extrémité de Codognan. Aussitôt, l’élu se rend sur place pour évaluer la situation, il nous explique la suite.

Objectif Gard : Décrivez-nous votre arrivée sur les lieux ?

Michel Julien : Il y avait une queue de caravanes. Quand je suis arrivé sur place, il y en avait déjà quatre qui étaient installées sur le parcours de santé. Ils avaient cassé la chaîne et enlevé une borne. Ils ont violé notre territoire. J’étais très en colère.

OG : Vous leur avez fait savoir ?

Oui, je me suis approché du pasteur en lui expliquant que c’est un espace ludique où se trouvent des jeux pour les enfants. Il m’a répondu, en se foutant de moi : « Vous n’avez pas un autre endroit à nous proposer ? ». De toute façon, on ne peut rien leur dire à ces gens-là. Ils ont monté leur chapiteau. Qu’est-ce qu’on peut faire ?

OG : On vous sent impuissant !

C’est qu’on n’est même plus maître chez soi. C’est pénible. Surtout qu’ils étaient déjà venus l’an dernier au même endroit. Et puis, je vous rappelle quand même qu’on est une ville de 2 500 habitants environ et que nous ne sommes pas tenus d’avoir une aire d’accueil. Enfin, je vous signale qu’ils sont branchés illicitement, qu’ils ont saccagé le parcours santé. Qui va payer ?

OG : Qu’allez-vous faire maintenant ?

Hier après-midi, j’ai monté le dossier avec la Préfecture pour qu’ils s’en aillent. J’ai même écrit au ministre de l’Intérieur. Normalement, ils seront expulsés jeudi soir mais je n’y crois pas beaucoup. Ils vont faire traîner ça devant le tribunal administratif. Comme ça, ils resteront quelques jours de plus. De toute façon, ils font ce qu’ils veulent.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “ÉVANGÉLISTES À CODOGNAN : « On ne peut rien leur dire à ces gens-là », regrette le maire”

  1. Que Michel Julien entre en contact avec Gilles Dumas, Maire de Fourques. Le même problème s’est présenté au mois de juin et il pourra lui communiquer quelques informations utiles.

  2. Pas besoin de contacter le Maire de Fourques, si efficace soit-il; le nécessaire a été fait très très rapidement car le soir même de l’arrivée des résidences mobiles (selon le terme consacré) le préfet du Gard avait fait signifier, par un O.P.J., l’évacuation forcée aux gens installés illicitement sur le parcours de santé..
    reste à savoir si en cas de refus d’évacuation les forces de l’ordre interviendront! mais là, ce n’est plus de la compétence du maire.

  3. Un bon moyen, créer un virage assez serré à négocier avant d’entrer sur le terrain. Les porte à faux de ces immenses caravanes ne pourraient négocier le virage. Seuls les véhicules non attelés y auraient accés. Et cela ne coûte pas bien cher a réaliser.
    Mais les murets doivent être solidement ancrés dans le sol pour ne pas être enlevés.
    Nota le virage doit être d’un angle proche de 90°.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité