A la uneActualité générale.ActualitésEcologie.EconomieEconomie.

SAINT-HILAIRE. ZAD golfique ou aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le combat est le même

Les opposants de la ZAD golfique et ceux de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes réunis sur les terres agricoles mencaées de Saint-Hilaire-de-Brethmas. Photo DR/S.Ma
Les opposants de la ZAD golfique et ceux de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes réunis sur les terres agricoles menacées de Saint-Hilaire-de-Brethmas. Photo DR/S.Ma

Lutter contre les projets inutiles. Voilà le leitmotiv de ces militants qui se sont retrouvés hier en fin de journée, sur la ZAD “Les Hauts de Saint-Hilaire”, sur ces terres agricoles convoitées par Alès Agglomération pour y installer deux golfs ainsi que tout un projet immobilier. C'était sans compter sur la pugnacité de l'association Saint-Hilaire Durable qui depuis plusieurs mois maintenant s'est imposée sur ces terres pour les défendre. Une initiative, sinon inspirée, en tout cas similaire, à celle portée par les opposants de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), un projet attribué au groupe Vinci. Ces opposants qui participeront à une manifestation estivale de grande ampleur ces 3 et 4 août à Notre-Dame-des-Landes même. Mais avant cela, certains, ceux-là mêmes qui ont participé à l'Université d'été d'Attac (Lire ici) à Nîmes, font traverser une partie de la France formant un convoi exceptionnel de voitures jusqu'à Notre-Dame-des-Landes, avec un stop dans les communes marquées par "un projet inutile". Hier donc, le premier stop a été effectué à Saint-Hilaire-de-Brethmas. Pierre Balvet, membre au bureau de l'association Attac Alès-Cévennes était de la partie. Bien entendu, le projet de la ZAD golfique de Saint-Hilaire, il le connaît par cœur, "on veut détruire des terres agricoles sur lesquelles de jeunes agricultures pourraient s'installer tout cela pour y construire deux golfs, c'est un véritable gâchis et je ne parle même pas du gaspillage d'eau." Mais il n'y a pas que Saint-Hilaire-de-Brethmas. "Dès demain, nous reprendrons la route pour aller à Montredon (Aveyron)" où le souvenir du combat pour l'annulation de l'extension du camp militaire sur le causse du Larzac, est encore bien présent. Et puis, le lendemain, une fois les tentes pliées, le convoi se dirigera vers le Lot-et-Garonne, à Sainte-Colombe-en-Bruilhois, là où c'est la création de ligne à grande vitesse qui fait débat, avant de rejoindre Notre-Dame-des-Landes. "Tous sont des projets inutiles, coûteux et nuisibles pour notre environnement" rajoute Pierre Balvet avant de rejoindre ses camarades militants sur la culture de courges semées au mois de mai par l'association Saint-Hilaire Durable. Ces courbes ont par ailleurs été offertes aux associations solidaires des environs.

Le projet de l'association Saint-Hilaire Durable

Le projet de la ZAD golfique ayant obtenu un avis défavorable de la part des trois commissaires-enquêteurs à l’issue de l’enquête de déclaration d’utilité publique (DUP), l'association Sain-Hilaire Durable soutenue par la Confédération paysanne du Gard, a réfléchi à un projet pour exploiter au mieux ces terres agricoles. "Dans le cadre de la future loi sur les groupements d'intérêt économique et environnemental et avec laquelle nous pourrions bénéficier de 100 000€, nous pourrions créer un groupement de collectif entre l'Agglo et les agriculteurs ou entre des entreprises de l'alimentaire comme Senfas ou Coudène pour mener un projet agricole commun. Il pourrait par exemple servir à la cantine centrale de l'Agglo, explique Louis Julian, membre de Saint-Hilaire Durable. Ce projet posé sur le papier sera très prochainement transmis au sous-préfet d'Alès, Christophe Marx. A suivre...

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “SAINT-HILAIRE. ZAD golfique ou aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le combat est le même”

  1. Ce projet est tellement caricatural dans la forme (absence totale de concertation) que dans le fond ; qu’on a l’impression d’être revenu à l’ancien régime. Celui des manants qui n’ont le droit que de se taire et de se faire spolier et les seigneurs qui peuvent se faire plaisir en expropriant et se moquant des ressources naturelles (eau , terres agricole) et des deniers publics.

  2. Le nabab d’Alès, Roustan, veut son golf, et donc son syndrome Notre Dame des Landes ; et comme tous ceux qui se croient intouchables, il s’entête ! j’espère que les locaux auront assez de ressources pour mobiliser et s’opposer efficacement à un projet aussi crétin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité