A la uneFaits DiversJustice.

AU TRIBUNAL Le voleur de magazines pornos, qui « nique les chèvres et les cochons », condamné à deux ans ferme !

Photo d'illustration. Palais de Justice de Nîmes. D.R/
Photo d'illustration. Palais de Justice de Nîmes. D.R/

Quand il entre dans le box des accusés, Mohamed, 34 ans, teint mat, cheveux courts, regard noir et vitreux, n’a pas l’air dans son assiette. Les faits qu’on lui reproche sont d’ailleurs à son image : très décousus. Le week-end dernier, entre le samedi 10 et le lundi 12 août, le trentenaire a mis un sacré bazar à Roquemaure et sa région. Alors qu’il vient de sortir de prison quinze jours plus tôt et qu’il doit suivre un traitement à l’hôpital notamment pour se débarrasser des voix qu’il dit entendre, Mohamed décrète que tout va bien, qu’il se sent mieux et qu’il peut sortir ! Le résultat ne se fait pas attendre : samedi, il se rend au centre commercial des Angles et vole un parfum ainsi qu’un bonnet. Les vigiles du magasin l’interceptent dans sa fuite. Les policiers l’interpellent mais le Procureur le relâche dans la nature en le convoquant quelques jours plus tard.

Mais Mohamed est dans son monde, ne comprend pas l’avertissement et continue sur sa lancée : il dérobe cette fois deux magazines pornos, tente d’arracher le sac d’une passante et se retrouve, à 4 heures du matin, en état d’ivresse, dans une maison, en train de fouiller la chambre d’un couple qui dort paisiblement. Il sera finalement arrêté un peu plus tard avec un MP3 volé au couple. La présidente lit la toute dernière infraction : « Vous avez enfin insulté les gendarmes en leur disant ‘Nique les chèvres et les cochons’, enculé, connard… » Dans son box, Mohamed sourit puis s’excuse : « Je ne vais pas bien. C’est un accident mental. Je ne comprends pas, je ne peux rien y faire. Je ne suis pas normal dans ma tête ». Même s’il ne peut pas réparer les traumatismes qu’il a causés notamment au couple cambriolé dont la femme est sur le point d’accoucher, Mohamed a présenté ses excuses. Un premier pas qui ne sera toutefois pas suffisant pour éviter la prison : deux ans ferme et 230 euros à verser aux victimes.

***

A 24 ans, Dilan ne s’était pas encore lancé dans l’escroquerie. C’est désormais chose faite. Le 29 mai dernier, à Bagnols-sur-Cèze, ce mécanicien de formation, qui compte dix mentions à son casier judiciaire, connaît une période d’inactivité d’un mois. Ne sachant comment nourrir son fils, il vole une voiture et la propose sur le site Le Bon Coin après avoir pris soin de la maquiller soigneusement. La victime, qui pense réaliser une bonne affaire, n’y voit que du feu. Ce mercredi matin, elle a fait le déplacement au tribunal et tient à témoigner à la barre : « Si ce monsieur est en difficulté financière, je le suis aussi. J’ai cru qu’il était de bonne foi. Je ne crois plus en sa parole ». Dilan, lui, jure ses grands dieux qu’on ne l’y reprendra plus et qu’il tient à rembourser la victime pour les 1 750 euros qu’a coûté la voiture. Seulement, quand la présidente lui demande pourquoi il a préféré déchirer le chèque de 300 euros (la majeure partie de la somme a été réglée en espèce et l’autre par chèque, NDLR), Dilan explique : « Je l’ai déchiré pour ne pas qu’il tombe dans les mains de quelqu’un d’autre ». Sous-entendu entre de mauvaises mains… Le tribunal a décidé d’ajourner la peine au 8 octobre prochain et attend de voir si, d’ici là, Dilan remboursera les 2 760 euros qu’il doit désormais verser à la victime.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité