A la uneActualité générale.ActualitésEcologie.EconomiePolitiquePolitique.

JOURNÉES D’ÉTÉ EELV. L’heure du bilan a sonné

D.R/EELV.
D.R/EELV.

Les journées d'été d'EELV se tiennent jusqu'à dimanche à Marseille. L'occasion pour les élus gardois et nationaux de dresser l'inventaire de leur participation dans le gouvernement Hollande.

D.R/EELV
D.R/EELV

Il y a des droits d'inventaire qui ne se refusent pas ! Certains pourraient d'ailleurs être "droitement" critiques ou acides… Mais chez EELV, l'ensemble des élus préfèrent comme qui dirait "voir le verre à moitié plein". A l'occasion des Journées d'été d'EELV, les responsables politiques, ministres et élus locaux, ainsi que les militants échangeront dans l'ensoleillée cité phocéenne, assombrie ces derniers jours par le tapage médiatique autour des règlements de comptes. Comme dans toute université d'été digne de ce nom, de multiples séances plénières, des ateliers et d'autres discussions à l'ombre des terrasses du Vieux-Port s'organiseront pour satisfaire la soif militante d'une formation politique qui navigue -non sans remous- depuis plus d'un an, aux côtés du Parti socialiste dans la gouvernance de la France.

Et en 365 jours, les choses se sont accélérées pour les verts. Après la -mauvaise- campagne présidentielle d'Eva Joly, le parti qui obtient 2,31% au premier tour de la présidentielle se range comme prévu derrière le candidat socialiste, pour mieux hisser ministres et députés verdoyants dans les organes législatifs et exécutifs de l'état. Une fois les outils établis, les points de désaccords notamment sur le traité européen, le gaz de schiste, la transition énergétique ou l'aéroport Notre-Dame-des-Landes se multiplient, quitte à provoquer une crise entre la base, militante d'EELV, et le sommet de ses responsables politiques. "Aujourd'hui notre influence est en train de gagner du terrain", assure Alain Fabre Pujol. Le conseiller municipal d'opposition de Nîmes, n'a pas oublié le limogeage de la ministre socialiste de l'écologie, Delphine Batho, qui s'était plainte sur les ondes de RTL "du mauvais budget de 2014" du gouvernement.

Vigilance verte. "Pour certains dossiers, nous avons réussi à remporter le rapport de force", poursuit Alain Fabre Pujol. Et de prendre pour exemple, la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, "renvoyé aux calendes grecques", dans un soucis d'apaisement. "Les socialistes commencent à être sensibles à des questions que nous portons depuis des années. Ça a été le cas, lundi, lors de la réunion sur la France en 2025 et du cap fixé en faveur de la transition énergétique", fait remarquer l'élu nîmois. Des vœux pieux qui sentent comme un arrière goût de "droit de vote des étrangers", à l'aube d'échéances électorales ? Rappelons qu'EELV avait créé la surprise aux européennes de 2009 avec ses 16,28 %...

"Tout comme au niveau local avec l'Agenda 21 mis en place par Nîmes-Métropole, nous devons rester vigilants. Accentuer le rapport de force en notre faveur ou convaincre les socialistes du bien-fondé de nos mesures", explique Alain Fabre Pujol. Plusieurs ministres dont le nouveau ministre de l'écologie, Philippe Martin, et la garde des Sceaux, Christiane Taubira, ont été conviés aux festivités marseillaise. Exit Manuel Valls, persona non grata, après ses "propos sur l'immigration". En politique comme ailleurs, il est utile d'avoir des amis mais, bien souvent, aussi des ennemis.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité