A la uneActualité générale.Actualités

CAMARGUE. Le raseteur Patrick Castro tire sa révérence

D.R/
D.R/

Triste nouvelle pour les amoureux des traditions camarguaises… Hier en fin après-midi, le raseteur Patrick Castro s'est éteint. Natif d'Aigues-Vives, le Gardois de 65 ans, aura marqué la course camarguaise des années 70 avec un palmarès impressionnant : vainqueur de la Cocarde d'or (Arles) en 1975 de la Palme d’or (Beaucaire) en 1971, 1972, 1975, 1977, 1978, 1981 et du Trophée des maraîchers (Châteaurenard) en 1971 et 1972.

"Aigues-Vives perd un des siens, un de ceux qui ont fait vibrer les arènes de toute la région et qui rentre dans la mémoire de nos illustres", commente Henry Brin, vice-président de la Chambre de métiers et de l’artisanat du Gard, domicilié à Aigues-Vives.

Aîné d'une famille de trois enfants, Patrick Castro effectua son parcours scolaire entre sa ville natale et Nîmes, au lycée Daudet. Amoureux du sport, il se tourne presque naturellement vers la course camarguaise, anciennement baptisée «course libre ». A 16 ans, le jeune homme prend sa première «cornada», grâce à son père Félix Castro, lui-même raseteur. Le nom de Patrick Castro restera à jamais gravé dans le monde de la bouvine.

D.R/
D.R/

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “CAMARGUE. Le raseteur Patrick Castro tire sa révérence”

  1. Adieu mon ami, je t’aimais bien, toutes mes condoléances à ton épouse qui s’est si bien occupé de toi, condoléances à tes enfants et petits enfants. Je serai présent à Lunel avec tes nombreux amis pour tes funérailles. Je ne t’oublierai pas, tu resteras gravé dans ma mémoire.
    Adieu champion… :o(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité