Actualité générale.Actualités

SNCF Le collectif de défense de la ligne Alès-Bessèges ne lâche rien

Gare de Bessèges. Photo DR
Gare de Bessèges. Photo DR

Ce vendredi 11 octobre à 17h30, le collectif de défense de la ligne Alès-Bessèges organise un rassemblement public devant la gare d'Alès afin de continuer à se mobiliser pour la réouverture de la ligne. Fermée depuis juillet 2012, la végétation s'est installée au milieu des voies, laissant ce territoire à l'abandon et la situation se détériorer. "Aujourd'hui, les travaux sont plus nécessaires que jamais pour rétablir la circulation et permettre aux trains express régionaux de circuler à 70 km/h", indique Jean Michel, président de l'association des usagers de la Sncf du Gard. "Les pouvoirs publics doivent se ressaisir, en particulier le Conseil régional !", lance t-il, expliquant que jusqu'à lors, la participation financière des travaux serait assurée "par le Conseil général du Gard, l'agglomération d'Alès, le Réseau ferré de France et la Sncf". Toujours selon Jean Michel, le chantier consisterait à "nettoyer la voie, changer un certain nombre de traverses et rééquilibrer le ballast. Le coût de ces opérations s'élèverait à 10 millions d'euros environ". Ce soir, le collectif de défense et l'association des usagers de la Sncf espèrent "que les partenaires confirmeront leur contribution et que les travaux pourront s'engager rapidement. D'autant qu'à l'heure actuelle des interventions sont réalisées sur le tronçon Alès-Génolhac (voir notre article) pendant que la ligne Alès-Bessèges est sacrifiée !" 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “SNCF Le collectif de défense de la ligne Alès-Bessèges ne lâche rien”

  1. Bonjour à tous,

    Installé sur la commune de Béssèges depuis peu mais pour des raisons de choix qui me concerne, je reste convaincue qu’il nous faut faire valoir nos droits dans le bon déroulement de cette ligne de chemin de fer reliant plusieurs communes dont certaines pouvant élargir notre foi en l’activité professionnelle.

    Dur de constater que seul le chiffre d’affaire prend le pouvoir lorsqu’une population se trouve dans le besoin de se reconstruire, familialement mais aussi professionnellement.

    Dur de constater que seul quelques intervenants liés au Conseil général du Gard puissent parler pour les populations environnantes.

    Certes le coût parle de lui même, mais quand est il aussi des commerçants locaux, qui chaque jour font vivre nos communes et/ou restaurent notre population, « qu »i, et mise à part la réouverture de cette ligne de chemin de fer pourrai laisser l’espoir de faire venir une nouvelle clientèle et permettre aux habitants de Béssèges et ces communes avoisinantes de travailler.

    Offrir des espoirs autre que la lourdeur du domaine financier quand l’on sait que l’économie fait faute dans de nombreuses situations lié a la vie et reste un soucis de gestion gouvernementale.

    Il serait judicieux de visualiser le domaine humain, celui qui concerne notre commune Béssèges, penser aux familles souhaitant se réunir et qui se doivent de faire des choix illogiques. Principalement quand le manque d’activité est lié au manque de moyen de locomotion.

    La réouverture de cette ligne de chemin de fer, et ceux malgré un investissement considérable et peut-être aléatoire, permettrai de toute évidence de voir revivre Béssèges depuis la disparition des mines, mais aussi d’y agrandir sa population idem pour les villages environnants.

    Au dernière nouvelle, seul les conseils régionaux étaient porteurs de mauvaises nouvelles face à l’engagement financier, mais quand arrêteront ils de ne voir que le business plutôt que d’y voir le côté humain.

    Si « SNCF », il se doive de réajuster leur négligence face aux travaux et leur manque de réactivité, justifié ou pas, et sur des investissements « dites » précédent et qui engendreront la fermeture de la ligne de chemin de fer de Béssèges.

    A qui la faute, aux riverains de Béssèges qui n’oseront pas avertir la SNCF des causes à effets afin de poursuivre sereinement un tel projet, ou tout simplement la SNCF qui préfère allier business TGV plutôt que de restaurer des petites lignes de chemin de fer, ne pouvant acquérir mieux faute de patrimoine protéger.
    L’inactivité des uns fait le bonheur des autres.

    L’argent fait certes vivre nos commerçants ruraux, mais l’humanité souhaite aussi s’investir professionnellement pour contribuer aux attentes de nos communes, donc nos commerçants et pour justement s’y investir, il nous faut des moyens de transports appropriés à chaque domaine familiale.

    Pas de véhicule, pas de travail, c’est un riverain privé de tout avantage humain, événement qui cause actuellement la perte de nos commerçants, qui eux aussi baissent les bras quand à l’inactivité des hommes « dites de loi, ou de pouvoir ».

    En rouvrant des portent « dites ligne de chemin de fer » vous rouvrez aussi une victoire sur l’avenir de nos campagnes mais aussi de nos commerçants locaux qui reprendront espoir sur des investissements futurs.
    L’argent appel l’argent, il serait donc judicieux de le faire fructifier dans le bon, sens !!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité