Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

GARD. Le chantier du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier démarre

Chantier du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier. Photo DR/OcVia.Y.Brossard
Chantier du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier. Photo DR/OcVia.Y.Brossard

Après une vingtaine d'années de réflexion et une de plus pour préparer la construction de la ligne du contournement Nîmes et Montpellier soit 80 kilomètres de rails pour accueillir la première ligne mixte (fret et voyageurs) de France, le chantier estimé dans sa globalité à plus de 2 milliards d'euros va enfin débuter dans le Gard. La société Oc'via représentée par son directeur général, Thierry Parizot, a tenu à souligner l'événement à l'occasion d'une conférence de presse qui a eu lieu ce jeudi 17 octobre à Nîmes. Alors oui, dans l'Hérault, les premiers coups de pelle ont déjà été donnés, et ce depuis le mois de septembre de cette année. Un retard gardois (le quart d'heure gardois aurait-on envie de dire) qui s'explique par un délai administratif plus long pour obtenir les autorisations, notamment au titre de la Loi sur l'Eau et les Milieux Aquatiques. Cette loi impose de soumettre à autorisation les ouvrages et les installations liés à la construction du contournement de Nîmes et Montpellier. C'est pourquoi l'ensemble des travaux est conçu sur la base d'études hydrauliques, hydrogéologiques et environnementales validées par les services de l'Etat et soumis à l'avis du public lors des enquêtes dans les communes concernées. "Dans le Gard avec le Vidourle et le Vistre (qui sont franchis par le CNM, Ndlr) la problématique était de taille. La construction étant perpendiculaire au cours d'eau, il a fallu expliquer que les terrassements en remblai sur 4 à 5 mètres de hautne deviendront pas des digues en cas de débordement, ce qui inquiétait à la fois les maires des communes concernées et la population. Il s'agit d'un ouvrage de transparence hydraulique, tout a été pensé pour que l'eau puisse s'écouler comme si les rails n'étaient pas là" rassure Thierry Parizot. Pour le bassin versant du Vistre, un avis favorable a été émis par la commission d'enquête en vue de l'obtention de l'arrêté préfectoral à venir. Pour le Vidourle, l'enquête est toujours en cours et ce jusqu'au 18 octobre.

Ainsi, les travaux préparatoires dans un premier temps, démarreront au mois de novembre 2013, suivront les travaux de génie civil de fin 2013 à fin 2015 puis les travaux d'équipements ferroviaires, de fin 2015 à mi 2017. Les tests et les essais auront lieu en 2017 avant une livraison à Réseau Ferré de France avec qui Oc'Via a signé un contrat de partenariat public/privé.

Bon à savoir : Comme dans l'Hérault, Oc'Via organisera une dizaine de réunions à destination du public. Voici le planning : 22 octobre - Aubord, Bernis, Beauvoisin à la salle des fête d'Aubord. 29 octobre - Le Cailar, Codognan, Vergèze, Vestric et Candiac au Théâtre municipal de Vergèze. 5 novembre - Aimargues, Aigues-Vives, Gallargues-le-Montueux à la salle Lucien Dumas à Aimargues. 7 novembre - Générac, Milhaud, Nîmes à la salle Léopold Delmas à Générac. 12 novembre - Caissargues, Bouillargues, Garons au foyer Fernand Bedos à Caissargues. 14 novembre - Marguerittes, Saint-Gervasy à la salle du conseil municipal Claude Erignac à Marguerittes. Manduel, Redessan à la salle des fêtes de Redessan, la date reste à confirmer.

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité