A la uneActualitésFaits DiversFaits divers.Justice.Polémique.PolitiquePolitique.

INSÉCURITÉ À NÎMES Malgré les ressentis, tout n’irait pas si mal… Il y aurait même du mieux !

De gauche à droite, Bernard Serafino, Richard Tibérino et Jean-Paul Fournier
De gauche à droite, Bernard Serafino, Richard Tibérino et Jean-Paul Fournier

Une interview de Gilles Soulié, le directeur du SRPJ de Montpellier, dans laquelle il déclarait à Midi Libre que : « le banditisme historique nîmois est toujours présent » combiné à un classement du magazine l’Express (octobre-novembre 2013) qui place la ville de Nîmes à la cinquantième place (sur cinquante) des villes où règne l’insécurité ; voilà qui a réussi à faire bondir à la fois Jean-Paul Fournier et son équipe municipale, le Préfet du Gard Hugues Bousiges et Gil Andreau, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique. Car, pour tous ces acteurs de la vie politique locale réunis en Préfecture ce jeudi après-midi, tout ne va pas si mal à Nîmes. « Les chiffres ne sont pas si mauvais que ça. Chez nous, ça a plutôt baissé », confirme le Sénateur-Maire de Nîmes.

Chiffres à l’appui, Bernard Serafino et Richard Tibérino, les deux adjoints de Jean-Paul Fournier pour les questions de Sécurité et de Prévention, vont détailler les changements réalisés depuis 2001 et l’accession à la mairie par la droite. « Les effectifs de la Police Municipale sont passés de 74 agents à 149, lit Jean-Paul Fournier. En dix ans le nombre de délits pour mille habitants est passé de 134 en 2001, à 101 en 2012. De 2001 à 2012, pour les cambriolages, ils sont passés de 2 140 à 1 859. Pour les vols de véhicules, sur cette même période, de 2 044 à 827. Les vols avec violence, c’est 973 à 929. Les vols à la roulotte 3 502 à 1 587 ». Synthétique, Richard Tibérino résume : « La délinquance de proximité a chuté de 31% en douze ans, le taux d’élucidation est passé de 18% à 30% alors que, dans le même temps, la ville a vu sa population augmenter de 10 000 habitants ». En clair, on ne pourrait pas reprocher à Jean-Paul Fournier et ses troupes de ne pas avoir pris à bras-le-corps ce problème qu’est l’insécurité.

Jean-Paul Fournier et Hugues Bousiges
Jean-Paul Fournier et Hugues Bousiges

Pourtant, et malgré les chiffres présentés, le sentiment d’insécurité, lui, est toujours bien présent. Peut-être s’explique-t-il par un chiffre donné par la Direction Départementale de la Sécurité Publique du Gard ? Entre le 1er janvier et le 15 octobre, les atteintes volontaires à l’intégrité physique, ces violences faites aux personnes qui sont souvent considérées comme les plus traumatisantes, ont augmenté de 5,92%. Gil Andreau, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique, détaille ses différents axes de travail : « On se bat contre les vols par effraction. En 2012, il y avait 300 cambriolages de moins sur Nîmes. Le deuxième axe, c’est les vols avec violence. Enfin, on lutte contre l’économie souterraine avec l’objectif d’interpeller en priorité les revendeurs et trafiquants ».

Hugues Bousiges mettra un terme à cette réunion en présentant sa vision à long terme sur les quartiers nîmois, sur les ZSP : « Je suis beaucoup plus ambitieux que la présence policière. La réponse ne peut pas être que la vue de l’uniforme. Il faut donner de l’emploi aux jeunes. Pour traiter le mal, il faut de l’urbanisme, de la politique sportive, culturelle, et une politique des espaces verts. Enfin, il faut que les habitants des quartiers se sentent responsables de l’espace public et qu’ils accompagnent l’évolution de leur lieu de vie ». Un beau projet. Un vaste programme. Aux hommes politiques de prendre le relais.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “INSÉCURITÉ À NÎMES Malgré les ressentis, tout n’irait pas si mal… Il y aurait même du mieux !”

  1. Il faudrait que Fournier et Tibérino arrêtent de nous mentir
    L’effectif de Police Municipale dont ils parlent intègre tous les ASVP qui ne servent qu’à mettre des PV de stationnement, cette véritable pompe à fric anti-automobilistes et anti-centre ville
    La vraie question, c’est de savoir combien il y a de vrais policiers municipaux, une fois mis de côté tous les garde-champêtres

  2. IL FAUT DONNER DE L’EMPLOI AUX JEUNES…
    certains gagnent en 1 journée (RSA compris) ce que je touche en 1 mois alors pourquoi s’en priver lorsque en plus la justice ne condamne plus ?
    Quant à l’emploi…ben, les PME-PMI ferment à tour de rôle face aux politiques suivies par les gouvernements successifs.

  3. Insupportable de parler de chiffres à l’heure où on sait qu ils sont manipulés. Il suffit juste de voir la réticence des policiers à prendre nos dépôts de plainte au commissariat.
    De plus, parlez de sentiments d insécurité à tous ceux qui sont victimes quotidiennement d actes d incivilité et de la petite délinquance…
    Quant on nous dit que le vol des voitures à chuter en dix ans, ne peut on pas penser qu il s agit avant tout ses systèmes antivols mis en place sur les voitures?!?…
    Journalistes, faites votre travail d investigation et arrêtez de commenter des chiffres peu credibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité