A la uneActualité générale.Actualités

ALÈS Les Restos du cœur s’installent difficilement aux Prés-Saint-Jean

Malgré les conditions de travail, les bénévoles des Restos du cœur ont accueilli de nombreuses familles hier. Photo DR/EB
Malgré les conditions de travail, les bénévoles des Restos du cœur ont accueilli de nombreuses familles hier. Photo DR/EB

Après l'inauguration du nouvel espace social, culturel et associatif, l'heure est à l'installation des diverses associations et services dans les locaux des Prés-Saint-Jean. Mardi dernier, les Restos du cœur ont récupéré les clés du bâtiment, prêts à déménager. Quand ils arrivent sur place, les bénévoles sont désemparés face à un état des lieux déplorable. 

L'eau s'est infiltrée dans certaines parties du bâtiment, les moisissures se sont invitées sur les murs, la grande porte d'entrée est scellée, le chauffage ne fonctionne pas... De mauvaises conditions pour accueillir le public hier, lundi 4 novembre, lors de la première journée d'inscription pour la campagne d'hiver. Tant pis, les bénévoles s'adaptent et reçoivent tout de même les familles, dans une ambiance "camping" où l'inquiétude se fait néanmoins sentir. "Aujourd'hui, le responsable municipal des travaux est venu constater les dégâts. Normalement, tout devrait rentrer dans l'ordre" rassure Ginette Gaillard, co-reponsable du centre des Restos du cœur alésien, avec une certaine vigilance. En attendant, les alésiens sont venus s'inscrire par dizaines.

Une hausse de 10% des bénéficiaires

L'année dernière, 786 familles avaient fait appel aux Restos du coeur. Pour cette nouvelle campagne, cet effectif est en hausse de 10%. "Nous avons beaucoup de jeunes de moins de 25 ans avec des étudiants qui n'ont plus de bourses, mais aussi des retraités qui ont parfois travaillé pendant 40 ans et qui en sont là aujourd'hui" souligne Ginette Gaillard. Grâce à ces 70 bénévoles, l'association propose plusieurs actions : la partie alimentaire bien sûr, le suivi des familles, les Toits du cœur et le micro-crédit. "Avec les logis cévenols, nous essayons de reloger les personnes qui vivent dans un taudis ou qui ont peu de revenus. Ensuite, nous accordons un micro-crédit aux familles qui ne peuvent pas en disposer ailleurs, pour l'achat par exemple d'une voiture, d'un réfrigérateur ou encore d'un lave-linge". Pour ce qui est des repas, les aliments sont distribués "tous les mardis et jeudis, tout au long de la journée. C'est comme une épicerie, nous recevons près de 70 familles par heures" explique la co-responsable. Les marchandises sont livrés chaque semaine à Alès, ainsi que dans les 16 autres centres des Restos du cœur implantés sur le département du Gard. Le nombre de bénéficiaires augmentant, l'activité n'est pas prête de cesser. Pourvu encore qu'elle le soit dans des conditions favorables.

Elodie BOSCHET

elodie.boschet@objectifgard.com

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité