Actualité générale.Actualités

NÎMES Le Centre de Loisirs Jeunesse s’étend encore un peu plus

De gauche à droite, Laurent Burgoa, Christophe Perrin, Gil Andreau, Jean-François Serrano, Edmond Coute et Thierry Procida
De gauche à droite, Laurent Burgoa, Christophe Perrin, Gil Andreau, Jean-François Serrano, Edmond Coute et Thierry Procida

Le Centre de Loisirs Jeunesse (CLJ) n’en finit pas de surprendre. Cette association, née en 1994, tenue à bout de bras par une figure de la police, Edmond Coute, et par son président Jean-François Serrano, a bien failli disparaître il y a deux ans de cela. Mais, tous les acteurs ont tenu bon, que ce soient les membres de l’association, la ville de Nîmes représentée par Laurent Burgoa, l’Etat en la personne de Christophe Perrin, le conseiller général du canton Thierry Procida ou la DDSP – Direction Départementale de la Sécurité Publique - et son directeur Gil Andreau. Et à en juger par les sourires des enfants des différents quartiers de la ville présents hier soir au centre Jean Paulhan, on se dit qu’ils ont bien fait d’avoir les reins solides. Mieux, le CLJ déploie ses ailes et s’ouvre désormais à d’autres quartiers sans évidemment délaisser celui de Valdegour, là où tout a commencé.

Dans quelques jours, comme l’a souligné l’adjoint au maire Laurent Burgoa : « les anciens locaux de l’école Henri Wallon accueilleront le CLJ ». Mais Pissevin ne sera pas le seul quartier qui verra arriver cette association qui, rappelons-le, permet de créer des liens entre la population et la police mais aussi, c’est assez récent, d’impliquer les 150 jeunes adhérents dans des missions d’utilité publique (lire notre article sur les « Batman »). Les quartiers du Chemin-Bas-d’Avignon ou du Mas de Mingue verront également les membres du CLJ apporter leur savoir-faire avec l’appui des associations locales. Une première expérience s’est déroulée avec succès pendant les vacances de la Toussaint au Chemin-Bas avec des opérations de nettoyage des tags et de port de plantes aux abords des cimetières. Et tout ça n’est qu’un début…

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité