Faits DiversJustice.

ANTICORRIDA. Des militants du CRAC condamnés pour « injures publiques » et « diffamation » à l’encontre de Claire Starozinski

Claire Starozinski, présidente d'Alliance Anticorrida. Photo © objectifgard.com / MA
Claire Starozinski, présidente d'Alliance Anticorrida. Photo © objectifgard.com

Le vendredi 8 novembre 2013, le tribunal correctionnel de Nîmes a condamné au pénal, en première instance, trois militants anticorrida du CRAC Europe, l'une Blanche Mencacci pour injures publiques et les deux autres Ghislaine Lecoq et Jean-Luc Bernard pour diffamation.

Sur leurs pages Facebook ont a ainsi pu lire des messages adressés à Claire Starozinski, présidente d'Alliance Anticorrida tels que  : "On ne dit pas salope, on dit madame la salope !" signé Blanche Mencacci ou  "Claire Starozinski, présidente de l'alliance anti corrida, qui vient encore de se revendiquer une action alors que le CRAC Europe a déjà déposé un dossier il y a bien longtemps dans cette affaire. Cette femme est une imposteur, qui se contente de voler le travail des autres pour se faire mousser dans la presse et récolter de l'argent de ses adhérents, qu'elle ne réinvestit jamais dans la cause" signé Ghislaine Lecoq ou encore et cette fois tapé au clavier de Jean-Luc Bernard "[ ...] Evident pour tout le monde que régulièrement elle récupère à son compte les actions des autres ce qui lui sert à remplir son tiroir-caisse. Evident qu'elle crache et médit quand elle n'arrive pas à récupérer à son compte. [ ...] Etre responsable c'est écarter les parasites ce que l'on considère comme traîtres. Etre responsable c'est être cohérent avec son engagement avec soi-même et accepter de ne pas croire qu'on défend les taureaux en soutenant des traîtres et des parasites."

Reconnus coupables des faits qui leur étaient reprochés, diffamation et injures publiques en accès libre sur Facebook à l'égard de Claire Starozinski présidente de l'Alliance Anticorrida, les prévenus ont écopé de 100 euros d'amende avec sursis. Ils sont également condamnés à verser 1 € de dommages et intérêts à Claire Starozinski et à l'Alliance Anticorrida, jugées recevables dans leur constitution de partie civile.

Les prévenus ont dix  jours pour faire appel de leur condamnation.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité