A la uneActualité générale.Actualités

PORTRAIT DU DIMANCHE. Le cuisinier Michel Kayser, l’étoilé du bon coeur

D.R/C.M. Michel Kayser et sa fille Aude.
D.R/C.M. Michel Kayser et sa fille Aude.

Le 28 novembre prochain, Michel Kayser, le chef deux étoiles du restaurant Alexandre à Garons, participera bénévolement au gala de charité de la Croix-Rouge de Nîmes. Une nouvelle édition pour celui qui a su garder à la fois la tête froide mais aussi une main aux fourneaux et l'autre... sur le coeur.

Lorrain de naissance, languedocien d'adoption. A 58 ans, le propriétaire du restaurant Alexandre à Garons réalise des miracles sur les papilles de ses clients. Michel Kayser, c'est simple, c'est le magicien de la gastronomie. Doublement étoilé, sa maitrise de la cuisine n'est plus à démontrer. La meilleure preuve, c'est le carnet à l'entrée du restaurant : il affiche souvent complet.

Mais qui se cache derrière ce cordon bleu ? Un homme simple et abordable. Michel Kayser utilise sa notoriété à des fins caritatives... Le 29 novembre, il participera pour la quatrième fois au gala de charité de la Croix-Rouge de Nîmes. Il préparera un repas avec d'autres cuistots chevronnés du département et fera appel à ces "gens de bonne volonté que l'on ne met pas assez en avant comme Michel Gassier ou Pascal Silvestri" qui fournissent fleurs et vins gratuitement.

Plus de 100 convives se sont inscrits au gala qui se tiendra, une fois encore, à l'hôtel Vatel. Pour manger, il faudra débourser la coquette somme de 190 euros. Une tombola est aussi organisée : "Elle permet à tout le monde de gagner quelque chose", assure Michel Kayser. Et d'ajouter : "Ces personnes donnent à la Croix-Rouge pour aider des gens dans leur ville. On sait où va l'argent". L'année dernière 18.000 euros ont été récoltés grâce au gala, ce qui a permis la construction d'une salle sensorielle pour des enfants handicapés.

VerruesGénéreux, le natif de Forbach est issu d'une famille de travailleurs. "La cuisine n'est pas un choix", reconnait le chef étoilé. Avec un frère ainé dans les études, Michel Kayser a dû se débrouiller vite et bien : "Je ne voulais pas devenir maçon ni boucher, j'ai donc fait cuisine". Un métier qui lui a donné l'opportunité de faire le tour de France des saveurs. Assis dans le grand et verdoyant jardin de son restaurant, il se remémore son parcours souvent éprouvant qui l'a conduit, il y a trente ans, à ouvrir sa propre affaire. Et lorsqu'on ne vient pas de l'école Bernard Loiseau ou de celle de Joël Robuchon, "les banquiers ont du mal à vous suivre".

Alors tant pis ! Soutenu par sa femme et ses deux filles, Michel Kayser a fait son petit bonhomme de chemin. Il a bien fait... Comme souvent, c'est une rencontre qui a bousculé sa vie pour le propulser dans le monde des chefs d'entreprises : "M. Alexandre, chez qui j'ai travaillé à Palavas, m'a proposé de reprendre l'affaire de son frère jumeau à Garons". Une chance en or que saisit illico le fin gourmet.

A force de persévérance, Michel Kayser parvient à se hisser - avec les années et surtout avec son talent - au rang des grands cuisiniers français. Le 29 novembre prochain, il se hissera au rang des chefs qui ont un su marquer leur époque d'une croix rouge.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

 

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité