A la uneActualité générale.Actualités

CHANTIER Le train à vapeur des Cévennes sur une nouvelle voie à partir de 2014

le chantier nécessite la reconstruction de la voie d'évitement au niveau de l'ancienne gare de Thoiras. Ph DR/RM
le chantier nécessite la reconstruction de la voie d'évitement au niveau de l'ancienne gare de Thoiras. Ph DR/RM

Les travaux de réhabilitation de la voie touristique du Train à vapeur des Cévennes étaient devenus urgents, au risque de devoir en cesser l'exploitation en 2014, mais les partenaires ne parvenaient pas à s'entendre sur le financement. Le dossier est aujourd'hui bouclé, les travaux vont pouvoir commencer.

En février dernier l'Agglo a récupéré la compétence de la gestion des 13,2 km de voie ferrées (et ouvrages d'art) entre Anduze et St Jean du Gard sur lesquelles circule le Train à Vapeur des Cévennes. Fermée au trafic de voyageurs en 1940 et en 1971 au trafic de marchandise, la ligne avait échappé au démantèlement au début des années 1980 en étant transformée en ligne touristique. Depuis le train à vapeur des Cévennes est devenu un véritablement moteur pour le tourisme. Son Président, Francois  Zielinger mentionne le chiffre de 140.000 passagers transportés. "La compagnie qui exploite le train à vapeur des Cévennes est une entreprise qui fonctionne", soulignait pour sa part le sous préfet Christophe Marx. L'Etat  a d'ailleurs labellisé "pôle d'excellence rural" cette opération dans lequel il investit 1,2M€, (33% du budget). La Région, le département du Gard et l'Agglo financent le reste du programme à hauteur de 810.000€ environ chacun, pour une enveloppe globale d'un peu plus de 3,6 M€. Ce projet cumulé à celui du nouveau Musée des Vallées Cévenoles à la Maison rouge à St Jean du Gard représente plus de 14M€.

Les porteurs du projet sur le site ce 13 novembre. Ph DR/RM
Les porteurs du projet sur le site ce 13 novembre. Ph DR/RM

Une voie d'évitement

Les travaux dureront trois ans et prévoient la réhabilitation d'une cinquantaine de murs de soutènement (sur près de 7,4 km), près de 50 ouvrages d'arts inférieurs à 2m et autant de supérieurs à 2m. En raison de la topographie la ligne offre des ouvrages d'arts multiples, tunnels, pont métallique, viaducs maçonnés en plus de tous les murs et les petits ouvrages hydrauliques. Pour permettre ces travaux, la voie d'évitement au niveau de l'ancienne gare de Thoiras sera reconstruite. Ainsi les trains de chantier pourront croiser les trains touristiques sans interrompre leur circulation et rejoindre la plate forme logistique du matériel qui sera située à St Jean du Gard.

La pose (symbolique) du premier rail. Ph DR/RM
La pose (symbolique) du premier rail. Ph DR/RM

Un projet pour 40 ans

Pour François Zielinger, "l'ensemble de ces travaux va permettre de pérenniser la voie pour les quarante années à venir et favoriser le développement des produits touristiques de tout le secteur" . C'est d'ailleurs sur cette dynamique que parient l'ensemble des acteur présents lors du lancement de la phase des travaux : "une manière de préparer l'avenir" pour Max Roustan, "un fil rouge qui doit profiter à toutes les activités" pour le département, "un ciment entre des projets complémentaires" pour le sous-préfet. Pour tous, la rénovation de cette ligne constitue un projet de développement d'envergure dont l'échelle dépasse le simple cadre local.

 

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité