Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

NÎMES. « Le Gard est le champion de France de la fiscalité », s’inquiète l’UPE30

Photo DR/S.Ma
Au centre Eric Giraudier et ses vice-présidents de l'association Union pour les entreprises du Gard. Photo DR/S.Ma

"Je ne veux pas prendre un air martial mais nous sommes déterminés à faire entendre la voix de l'entreprise dans une situation qui est extrêmement grave au niveau départemental." Ce lundi 18 novembre, Eric Giraudier, président de l'Union pour les entreprises du Gard (UPE30) et ses collaborateurs, ont tiré la sonnette d'alarme. "Sur le plan de la fiscalité, le Gard est le champion de France si on cumule l'ensemble des éléments auxquels les entreprises." Le président pointe du doigt "une pression fiscale maximum qui se conjugue avec un manque de concertation des acteurs économiques sur les projets." A titre d'exemple, l'UPE 30 a donné les taux de Contribution foncière des Entreprises de Nîmes Métropole (34,30) et d'Alès (29,98) qui sont plus élevés que ceux de l'agglo du Pays d'Aix-en-Provence (26,79), de Salon Etang de Berre Durance (26,98) ou encore de Montpellier "par rapport à qui nous sommes sensiblement au dessus."

Le versement transport

"Chaque fois qu'il y a une décision à prendre en terme de fiscalité, les décideurs politiques locaux passent les taux au maximum." Un reproche directement lié à la taxe du versement transport qui atteint sur le territoire de Nîmes Métropole 1,80%. Rappelons que cette taxe est dédiée au financement des transports collectifs urbains. "C'est le maximum prévu par la loi pour une agglomération de cette taille et c'est beaucoup plus que de nombreuses agglomérations comme Aix-en-Provence (1,40%), Blois (0,90%), Calais (1,25%) Par ailleurs, ce taux aurait dû être ramené à 1% depuis de nombreux mois puisque le cahier des charges du TCSP n'a pas été respecté." Des augmentations de taxe qui ont forcément des conséquences sur les emplois. "Les responsables locaux doivent réagir car à cause du problème de fiscalité, nous perdons en attractivité. Aujourd'hui, notre concurrence n'est pas chinoise, elle est aux portes de notre département. On ne peut pas avoir le taux maximum pour un service en retour qui n'est pas de qualité. Dans le Gard, le transport collectif n'est pas efficace pour les entreprises."

L'UPE du Gard demande à être concertée pour chaque projet portant sur les transports "dont nous sommes les premiers financeurs" et la création d'une autorité de transport unique au niveau départemental "car l'échelon de l'agglomération n'est pas adéquat puisqu'il entraîne des distorsions de concurrence entre nos entreprises en fonction de leur localisation." Enfin est bien sûr, l'UPE 30 veut obtenir le retour aux taux normaux et harmonisés du versement transport avant le 1er janvier 2014. "Une pétition sera mise en ligne dans les prochaines heures pour faire réagir les décideurs locaux." Et si ça ne fonctionne pas ? "On n'ira rien casser mais nous mettrons en place des actions de communication fortes."

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité