Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.Polémique.PolitiquePolitique.

GRAU-DU-ROI. Touchés par des normes européennes « trop strictes », les chalutiers risquent de couler

Photo DR/S.Ma
Photo DR/S.Ma

La réforme de la politique commune de la pêche menée par le Conseil de l'Union Européen met à mal le chalutage. C'est le constat qui a été présenté hier lors d'une conférence de presse au Grau-du-Roi en présence de patrons pêcheurs chalutiers de Marseille, de Port-La-Nouvelle, d'Agde, de Sète et du Grau-du-Roi, du député Gilbert Collard, de l'adjoint au maire du Grau-du-Roi et conseiller général du Gard, Léopold Rosso, Robert Crauste, conseiller régional et Vincent Roux, professeur agrégé en Économie et docteur en science économique et droit public.

En cause, deux mesures que le porte-parole gardois des pêcheurs et chalutiers dénoncent avec force : "Le maillage et la taille marchande mettent en danger la pêche dans son entité complète. Souvent, on dit que le problème, c'est la ressource. Mais ces dernières années, la ressource est revenue. Mais la réglementation trop stricte a fait passer un métier d'honnête gens à un métier de hors la loi à cause de quelques centimètres de maillage en trop." D'après les différents témoignages, les pêcheurs qui ont tenté de se plier aux règles européennes , ont connu en quelques mois le désastre. "Car le problème, c'est qu'on nous demande de respecter des directives qui ne sont pas adaptées à notre pêche, mais dans les autres pays on laisse faire sans sanctionner." Résultat, les chalutiers du Golfe du Lion coulent. Dans les années 80, le Languedoc-Roussillon comptait 200 chalutiers, ils ne sont plus que 70 aujourd'hui. Au Grau-du-Roi, ils étaient 34 contre 17 en 2013. "Il va falloir qu'il y ait des réactions politiques, démocratiques et médiatiques. Le chalutage est menacé pour des raisons idéologiques car les pêcheurs porteraient soi-disant atteinte à l'écologie sous-marine. Le pêcheur est considéré comme un prédateur qui racle la mer. Le combat va être de taille" a lancé Gilbert Collard. A Robert Crauste d'ajouter : "Oui au combat, mais il faut continuer à faire vivre l'intelligence et être force de propositions." Des propositions rédigées par les patrons pêcheurs chalutiers qui seront transmises à Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports, à la Mer et à la Pêche.

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité