A la uneActualité générale.ActualitésMunicipales 2014.Personnalités.PolitiqueSociété

MUNICIPALES La liste « Ré-unie » à gauche présente ses dix premiers noms pour Alès

Les dix premiers de la liste "Ré-unie" à gauche présentés le 11 janvier à Alès. Ph DR/RM
Les dix premiers de la liste "Ré-unie" à gauche présentés le 11 janvier à Alès. Ph DR/RM

Ce matin la liste "Alès Ré-unie, des énergies nouvelles pour la ville" menée par Jean Michel Suau a présenté son programme par la voix des dix premiers noms sur la liste.

"Nous sommes en ordre de marche et engagés en campagne" explique Jean-Michel Suau qui tient un calendrier serré des interventions de sa liste. "Nous rendrons public notre programme à la fin du mois. d'ici là nous proposerons le 18 janvier prochain une ballade urbaine qui se terminera par un vin chaud place de la mairie pour une critique constructive de l'aménagement urbain" dit-il. "Nous sommes là pour battre Roustan l'UMP (et aujourd'hui le Front National qui vient de dévoiler la candidature de Nathalie Challier, ajoute-il), et pour rappeler au gouvernement ses engagements de campagne". "Si Max Roustan n'est pas encore candidat, ce n'est un secret pour personne. Il se sert déjà de son bilan et de son mandat à l'agglo pour faire passer ses idées. Pour nous la campagne est déjà engagée et je souhaite que les médias organisent un débat public contradictoire dès que possible. "

De nouvelles voix pour un programme

Fabien Gabillon, Salima Alissaoui et Odile Veillerette expliquent tour à tour leur engagement. Ph DR/RM
Fabien Gabillon, Salima Aissaoui et Odile Veillerette expliquent tour à tour leur engagement dans la liste. Ph DR/RM

Tour à tour les premiers colistiers du conseiller général ont pris la parole dans l'ordre de leur position sur la liste ce matin pour commenter les raisons de leur engagement par rapport à un programme dévoilé un peu plus chaque jour. En numéro deux, Ghislaine Soulet, urbaniste, a rappelé son engagement au nom du Parti de Gauche et à évoqué son investissement dans les deux questions du logement : "aujourd'hui 5000 personnes sont mal-logées à Alès et les réponses ne sont que spéculatives" et celle des déplacements "qui représentent un coût important pour les collectivités, les entreprises et les budgets de ménages" dit elle. "Nous étudions des solutions qui pourraient aller jusqu'à la gratuité des transports publics" dit-elle. Fabien Gabillon, candidat PS des dernières élections et aujourd'hui exclu du parti insiste sur le fait que "c'est bien sur cette liste que le rassemblement s'opère et ce qui nous rassemble est bien plus important que ce qui nous différencie". Il souligne pour sa part la priorité donnée à l'emploi : "on ne peut pas dire que rien n'a été fait sur le sujet mais c'est encore insuffisant". Il évoque pour la liste un retour sur le dossier de Pist Oasis, l'investissement dans les énergies alternatives, le développement des services publics ainsi que de celui de l'économie solidaire comme des axes forts pour faire de l'emploi une priorité.

Associer la population  et rompre l'isolement

Mireille Jullien représente, elle, le nouveau mouvement Ensemble qui a rejoint le Front de Gauche. Elle insiste sur la nécessité d'associer les populations dans les décisions (co-élaborer les projets) et notamment par la mise ne place de comités e quartiers : "il faut absolument combattre le repli sur soi qui favorise la haine et le refus de l'autre" commente-t-elle Alain Perrot, enseignant et militant syndical, insiste sur le recul du service public notamment pour l'école "qui a des conséquences dramatiques en matière d'inégalités sociales". Il réclame une politique municipale forte dans des dossiers comme celui des cantines. Odille Veillerette, ex Europe Ecologie Les Verts, s'est exprimée dans nos colonnes (voir ici) sur les raisons qui l'on poussées à rejoindre cette liste et ajoute "que les idées ne manquent pas pour faire évoluer Alès vers une "écoville"". Jean Claude Arnaud  était déjà sur la liste de Fabien Gabillon aux dernières municipales. Représentant de la société civile, il explique "que le souci de l'environnement présent dans le programme de manière transversale mais également la volonté de réduire les inégalités culturelles rejoignent ses engagements tant dans le monde syndical qu'associatif". Enfin, Salima Aissaoui, déjà conseillère municipale, explique que sa présence au conseil et son travail dans les quartiers lui permet d'y constater d'immenses lacunes. "Cela va de plus en plus mal dans les quartiers" dit-elle, "et la mairie ne cesse de supprimer des services et des animateurs". "Quand j'interroge le maire sur ce point il me dit qu'il ne sait pas faire... et bien nous on sait faire !" ajoute-t-elle. Les deux derniers noms annoncés pour l'instant sont ceux de Xavier Alliot et Jacqueline Villamir qui ne se sont pas exprimés ce jour.

 

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “MUNICIPALES La liste « Ré-unie » à gauche présente ses dix premiers noms pour Alès”

  1. Cette liste recycle des personnes exclues de leur parti et qui ne représentent pas grand chose sur la ville (Gabillon, veillerete).
    Bof…
    Pour le renouveau et la fraîcheur, on repassera!

  2. L’important c’est le programme et la volonté de l’appliquer. Apparemment ils n’en manquent pas.
    Les concurrents de Roustan devraient insister sur le développement de la démocratie locale vraiment de proximité avec participation des citoyens. C’est une carence totale avec Roustan pour qui la démocratie de proximité se borne à faire le tour de certains bistros. Enfin, il faut faire vivre les débats et décadenasser l’info locale. Ce journal de l’Agglo dirigé par l’apparatchik Rivenq c’est une caricature !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité