ActualitésMunicipales 2014.Polémique.PolitiquePolitique.

MUNICIPALES 2014. GARD : Le NPA se réveille et tacle de Front de gauche…

D.R
D.R

On ne l'entendait pas beaucoup ces derniers temps… Mais aujourd'hui, à travers un communiqué, le parti anticapitaliste s'est réveillé et se rappelle au bon souvenir de ses électeurs : "le NPA veut être présent nationalement sur un maximum de listes anticapitalistes". D'ailleurs le parti recrute,"les citoyens susceptibles d’être intéressés par une participation à une liste anticapitaliste peuvent d’ores et déjà se faire connaître auprès de nous : npadugard@gmail.com".

Pietro Truddaïu. D.R/
Pietro Truddaïu, directeur de campagne de Sylvette Fayet. D.R/

Si le NPA cherche des candidats dans les rangs civils, il recherche aussi des partenaires- rouges vifs de préférence-  dans le monde politique :"nous poursuivons notre politique de recherche de partenaires débutée en mai dernier. Elle s’est déjà soldée par plusieurs réunions avec le PG, le courant « Ensemble » du FDG, Alternative libertaire, Lutte ouvrière ou le Parti ouvrier indépendant dernièrement". Seulement problème, selon le NPA : "nos discussions avec le courant « Ensemble » du FDG, bien que riches, n’ont pas abouti à un accord. Les camarades représentant ce courant nous ont indiqué que quel que soient les résultats du premier tour, leur liste FDG fusionnerait pour le second tour avec celle du PS ". Une gauche trop rose clair à leur goût...

"On l'a jamais caché. Nous, ce que l'on veut c'est battre la droite au deuxième tour. La position du NPA est trop rigide", répond Pietro Truddaiu, directeur de campagne de Sylvette Fayet, candidate Front de gauche aux municipales de Nîmes.

Intransigeant, le NPA fait remarquer : "comment peut-on envisager notre présence sur une liste de la gauche unie avec le PS de ce gouvernement d’austérité et de renoncements tous azimuts ?". Ce à quoi le Front de gauche nîmois répond : "gérer une ville ce n'est pas comme gérer un pays. La gauche peut bien se mettre d'accord autour d'un programme pour les municipales. Alors bien sûr, peut-être qu'on ne votera pas tout, mais ne pas s'allier au deuxième tour, c'est donner les clefs de la ville à la droite. Cette position est trop rigide". 

Coralie Mollaret

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité