A la uneActualité générale.ActualitésMunicipales 2014.Personnalités.PolitiqueSociété

IMAGE DU JOUR. Nîmes 2014 : les candidats avancent leurs propositions sur le commerce

D.R/C.M
D.R/C.M

Un début de semaine sur les chapeaux de roues… Ce matin, devant des dizaines de commerçants, les huit candidats à la mairie de Nîmes ont avancé leurs propositions en matière de commerce.

La photo est rare et l'évènement qui s'est tenu ce matin à la Table de Cana l'est encore plus… Pendant plus de deux heures, les candidats à la mairie de Nîmes -Jean-Paul Boré (Tous Pour Nîmes), Françoise Dumas (PS), Sylvette Fayet (Front de gauche), le représentant d'Eric Firoud (Nîmes en avant), Yoan Gillet (FN), Jean­‐Louis Wolber (Agir pour Nîmes), les représentants d'Elisabeth Pascal  (Tous Nîmois tous ensemble) et de Jean-Paul Fournier (UMP) - ont été interrogés sur la délicate question du commerce. Organisé par l’Association des Professionnels de Ville Active, l'objectif de ce tour de table était de "relancer collectivement l’activité commerciale de l’agglomération nîmoise et maîtriser les futurs développements".

Première expérience du genre de la campagne électorale, cette tribune a donné la possibilité aux candidats de se démarquer, tirer leur épingle du jeu et parfois même d'émerger. Représentant du maire, Franck Proust a tenté de déjouer les attaques des opposants à Jean-Paul Fournier. Sa méthode : glisser à plusieurs reprises des éléments du bilan de l'équipe sortante : "non, la situation du commerce à Nîmes n'est pas catastrophique. Les zones commerciales de la ville n'ont pas connu de baisse d'activité (…) On ne compte que 8% d'évasion commerciale dans le domaine alimentaire". Interrogé sur la création d'un office du commerce, les prétendants y ont tous répondu favorablement. L'objectif : proposer une offre cohérente aux Nîmois dans le cadre d'une coopération renforcée avec le Scot (Schéma de Cohérence Territoriale), comme le prévoit la réforme Pinel.

Quoi faire ? Mais "comment rendre les espaces commerciaux attractifs" ? A cette interrogation, les réponses des élus ont irrésistiblement basculé vers le centre-ville, "un magnifique centre commercial à ciel ouvert", pour le représentant d'Eric Firoud qu'il faut valoriser avec une "bonne politique de communication". Pas mauvais du tout, Jean­‐Louis Wolber  s'est concentré sur le développement du tourisme à travers la mise en place d'un "parcours de la romanité et la création d'un palais des congrès qui permettront de trouver des ressources supplémentaires, surtout lorsque l'on sait que le revenu moyen est en baisse et que la fiscalité est élevée". Même son de cloche  du côté de Jean-Paul Boré qui propose lui, de délocaliser la culture du centre-ville vers les quartiers populaires tout en ajoutant un "festival d'art contemporain".

A ces bonnes intentions, Françoise Dumas a ajouté  l'installation "d'un parcours signalétique particulier" quitte, pourquoi pas, à demander de l'aide aux étudiants nîmois en marketing. Enfin, Sylvette Fayet a balayé d'un revers de main l'argument du tourisme, préférant se concentrer sur les "Nîmois, le premier consommateur". Vif, Yoan Gilet a ressorti sa lettre aux commerçants et a assuré pourvoir "baisser les taxes". "On ne va pas raser gratis", a vivement réagit Franck Proust qui, avec tout les autres candidats, sont restés extrêmement prudents sur le terrain fiscal.

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “IMAGE DU JOUR. Nîmes 2014 : les candidats avancent leurs propositions sur le commerce”

  1. Apparemment, 2 candidats marginaux n’ont pas jugé utile de se déplacer et ont envoyé un copain à leur place.
    Je trouve que leur comportement est totalement irrespectueux et que cela démontre que ces 2 candidats se désintéressent complètement du sort des commerçants Nîmois.
    Dommage.
    Quant à Jean-Louis Wolber, il mérite d’être connu.
    Proust est resté prudent, parce qu’il craint de subir, comme il en a l’habitude, les reproches de ses faux amis de l’UMP.

    1. Si Fournier ne s’est pas déplacé c’est peut-être parce qu’il est maire… Quand on est candidat sortant on ne mène pas campagne comme les autres.

  2. au final on apprend très peu de choses…
    Peu d’idées pour relancer notre centre-ville.
    j’ai cependant une suggestion : et si les commerçants s’impliquaient d’avantage dans la vie du CV?? ouverture entre midi et deux, ouverture le lundi, communication groupée, organisation d’évènements à destination des clients etc etc
    Car malheureusement on ne peut pas tout attendre de nos candidats… Il faut y mettre de la volonté!

    1. Je n’ai pas parlé de Fournier, mais de 2 candidats marginaux
      Je sais bien que Fournier était représenté par Proust dont j’ai écrit qu’il était resté prudent, pour les raisons que j’ai citées.

  3. Proust est impayable:il explique aux commerçants que leur situation est satisfaisante! C’est à eux de juger, à lui de faire des propositions.Quant à l’évasion commerciale dans l’alimentaire elle est toujours la plus faible, le Nîmois va pas acheter son pain à Montpellier! C’est de l’enfumage de politique!Citer des chiffres pour paraitre au courant.L’évasion commerciale se fait dans les familles de produits où l’offre est faible :équipement de la maison et équipement de la personne, l’habillement de qualité par exemple.
    JL Wolber connaît le terrain et est allé à la rencontre des autres.
    JP Boré n’est pas commerçant mais il est allé aussi au contact.
    La différence est là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité