Actualité générale.ActualitésPersonnalités.Polémique.PolitiquePolitique.Société

ALÈS Suite et fin de l’affaire des “morpions de la misère”

Max Roustan, président de d'Alès Agglomération. Photo DR/OG
Max Roustan, met fin à l'affaire des "morpions de la misère". Photo DR/OG

En  mai 2012, le tribunal de grande instance (T.G.I.) d’Alès, avait prononcé la nullité dans  l’affaire qui opposait le député-maire Max Roustan au secrétaire de l’Union Locale CGT d’Alès, Fabrice Durand, qui avait porté plainte suite à des insultes proférées en public à son encontre, par l’édile, le 19 novembre 2010, lors de l’inauguration d’une pépinière d’entreprises (voir le début de l’affaire).

Le syndicaliste avait aussitôt fait appel. Un nouvel épisode de l’affaire avait donc eu lieu en avril ou, contre toute attente il n’ y avait  pas eu d’arrêt du tribunal. Le dossier avait été tout au contraire réouvert et rejugé le 10 septembre dernier. La sentence est tombée  le 18 octobre dernier : le maire a été condamné pour injure,  à 500€  d’amende envers le syndicat  CGT et à  250€ envers les deux plaignants  Durand et Sébastien Migliore, représentants du syndicat alésien.

Interrogé alors , le maire d’Alès s'était dit d’abord étonné : “Ce n’est pas pour le terme de “Morpions de la misère” que j’ai dit au micro mais qui n’est finalement pas injurieux que j’ai été condamné mais pour le terme “con” employé hors micro" et annonçait qu'il allait se pourvoir en cassation, ce qui avait  été fait quelque jours plus tard.

Ce matin le bureau de l'union locale GCT d'Alès nous informe qu'elle vient d'apprendre par voie de justice que le maire s'était  finalement désisté de son pourvoi  fin décembre, mettant définitivement fin à cette affaire. Tout en se félicitant de cette décision L'U.L. CGT commente : "nous espérons qu' à l'avenir Max Roustan sera plus respectueux de notre organisation syndicale comme nous le sommes à son égard" et ajoute : "de l'audace, mais raisonnée, voilà donc le nouveau slogan de M. Roustan". 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “ALÈS Suite et fin de l’affaire des “morpions de la misère””

  1. Faut pas trop compter sur la politesse avec ROUSTAN dès lors qu’on le contrarie un peu. Son bras droit ne vaut guère mieux mais c’est plus sournois. Chassez le naturel et il revient…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité