A la uneNîmes Olympique

ESTAC TROYES – NÎMES OLYMPIQUE : 2-1. Sur un malentendu, ça aurait pu…

Samir Benmeziane. Nîmes Olympique - Troyes
Samir Benmeziane. Nîmes Olympique - Troyes

La courte série d’invincibilité sous l’ère Marsiglia prend fin après trois matches de championnat. Cette défaite dans l’Aube, devant près de 7.000 spectateurs, ne fait pas les affaires du Nîmes Olympique même si les adversaires des crocos dans la lutte pour le maintien n’ont pas vraiment tiré leur épingle du jeu.

Il va falloir soigner les entames de matches côté nîmois. Dès la huitième minute, sur sa première occasion, Troyes ouvre la marque par l’intermédiaire de Nivet qui, au premier poteau, sur un coup-franc excentré, dévie le ballon dans le petit filet opposé. La défense nîmoise est figée. Merville aussi. Les troyens, eux, savourent le but. 1-0. Les crocos réagiront de façon sporadique mais sans être vraiment inquiétants. Il y a bien ce coup-franc de Gragnic à 25 mètres qui entraîne un cafouillage dans la surface et surtout une main adverse si l’on en juge par la réaction des nîmois qui réclament un penalty (39’). Aurélien Boche, qui faisait sa rentrée ce soir, paie très cher un tacle par derrière bien plus maladroit que volontaire (52’). Exclusion directe. Ca ne s’arrange pas pour les joueurs de René Marsiglia. Et ça va définitivement se compliquer quand Pierre Bouby fait sa petite boulette annuelle. En position de dernier défenseur, il rate d’abord son contrôle. Puis il glisse. La totale ! Ghislain Gimbert, un peu ingrat sur ce coup-là, ne prend pas le temps de relever Bouby et part seul au but pour marquer facilement dans le duel qui l’oppose à Merville (65’).  2-0. A dix contre onze, Nîmes va souffrir. Les joueurs de Jean-Marc Furlan vont se procurer de belles occasions de tuer le match. On pense à cette tentative de lob de Nivet. Un geste inspiré qui rase le poteau du gardien nîmois qui était battu. Et puis, comme s’il fallait compenser le carton rouge donné à Aurélien Boche, l’arbitre de la rencontre accorde un penalty très généreux pour une faute sur Cissokho. On ne va pas s’en plaindre. L’ailier gauche nîmois va se faire justice lui-même d’une frappe en finesse au ras du poteau (85’). 2-1. On se prend alors à rêver d'un match nul inespéré. Mais malgré une fin de match palpitante, un coup franc à 18 mètres repoussé par le mur et un dernier corner de Robail, les crocos n’égaliseront pas. Il faudra relever la tête contre Tours, vendredi prochain aux Costières. Une victoire sera impérative.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité