A la uneMunicipales 2014.PolitiquePolitique.

MUNICIPALES L’art du grand écart par Martine Gayraud

Martine Gayraud, secrétaire départementale du Parti Communiste Français. Photo DR/TD
Martine Gayraud, secrétaire départementale du Parti Communiste Français. Photo DR/TD

Le Front de Gauche prône l’union et le rassemblement mais les partis qui le composent n’oublient pas pour autant de sortir leur épingle du jeu dès que l’occasion se présente. Alors certaines conférences de presse se font encore individuellement comme celle de Martine Gayraud, secrétaire départementale du Parti Communiste Français (PCF). Ce matin, la communiste était dans la droite ligne de son secrétaire national, Pierre Laurent, et tirait à boulet rouge - forcément - sur le président de la République François Hollande en dénonçant notamment son « compromis historique avec le Medef ». Une politique qui provoque l’ «incompréhension de l’électorat de gauche ».

Et on comprend qu’il ait de quoi être déboussolé cet électorat de gauche. D’un côté, le PCF s’élève contre la politique de François Hollande et, dans le même temps, il se rallie au Parti Socialiste dans certaines villes. Une attitude schizophrène que tente d’expliquer Martine Gayraud : « Je fais la différence entre le Parti Socialiste et la politique menée par François Hollande ». Et de continuer : « Ce n’est pas incompatible. On peut combattre la politique du président et affronter l’austérité localement ». A sa droite, Vincent Bouget, membre du parti, résume : « On choisit la meilleure façon de faire entendre nos idées ».

Pour faire entendre ses idées, le PCF veut rassembler, « ouvrir une nouvelle voie », ajoute Martine Gayraud. Dans le Gard, cela passe par « un esprit de reconquête et par un barrage à la droite et au Front National ». A Saint-Gilles, par exemple, l’association avec le maire sortant Alain Gaido pour battre Gilbert Collard est déjà actée. A Nîmes, la situation est différente mais le Front de gauche entend bien finir devant Françoise Dumas. « Sinon ça va nous poser des problèmes parce qu’elle soutient la politique nationale », admet la secrétaire départementale avant de lancer, en bonne militante : « C’est pour cette raison que les nîmois doivent placer Sylvette Fayet devant ! »

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “MUNICIPALES L’art du grand écart par Martine Gayraud”

  1. et un coup je suis allié et un autre je suis contre, bref de tous côtés c’est bourlingue …. ! une seule chose les intéresse avoir et prendre la place de maire
    on s’allie au front de gauche ou pas au PS ou pas on tente de naviguer dans tous les sens pour y avoir sinon la place du Maire mais un maximum de représentation au conseil municipal tout ça est grandiose mais loin de nous faire rêver à des jours meilleurs … je pense que l’on ne pourra compter que sur soi même – vouloir combattre la droite et le FN mais que feront ils de mieux à gauche ?
    Comme tout un chacun je ne suis mais hélas, grandement pas du tout convaincu du contraire nos politiques se cherchent trop ! ils connaissent notre dégoût de la politique ne l’admettent pas et ne font rien de concret pour l’apaiser c’est grave !

  2. C’est pitoyable.A Nîmes,les clés de la mairie resteront dans la poche de Monsieur Fournier.
    La division à gauche va être mortelle pour des années…
    Si vous aimez Nîmes et les nîmois,rassemblez vous…
    Françoise,Sylvette,Catherine,Jany et d’autres
    Christophe,Jean Paul,Christian,Éric et d’autres…
    Quelle belle photo,non?

    1. Ouais !! on peut toujours rêver …. la photo que vous proposez est plutôt digne d’un cauchemar entre autre, la gauche n’est pas divisée qu’à Nîmes ! ils se cherchent chacun y voulant la meilleure place – Nous avons trop connu cette gauche Nîmoise dont le bilan s’est avéré complètement loupé hors de la réalité ce qui a pénalisé trop longtemps notre ville – bien des entreprises s’y seraient installées par le passé mais rien et encore moins les municipalités de gauche n’ont favorisé ces implantations : ils sont donc aller chez nos voisins – la ville est trop longtemps demeurée inerte sans ambitions léthargique
      Alors bien entendu, quand il s’agit de faire le constat des évolutions et changements à NIMES et, depuis que les politiques de droite ont pris le relais il est aisé du coup de critiquer de ne jurer qu’à la dépense aux déficits et à l’inutilité de certains travaux et autres chantiers à venir – mais qu’avez fait, vous la gauche pour désencroûter notre ville ? vous n’y avez même pas à la base ce qui est essentiel favorisé une politique de l’emploi et du développement économique – acceptez donc que notre ville ait dû se mettre à niveau, s’embellir s’y entretenir ce qui bien entendu y a un coût ce que vous dénoncez – il ne s’agit pas d’y faire qu’une politique sociale ….. n’est ce pas ? à ce niveau je pense que l’on a donné …..il faut enfin avancer et si Fournier comme vous le dites à de nouveau les clefs en mars prochain et bien au moins nous savons déjà à qui nous les confierons parce qu’autour et sans trop gratter, il n’y a pas grand chose de constructif sinon du superficiel et des blablas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité