A la uneMunicipales 2014.Personnalités.PolitiquePolitique.Société

PORTRAIT DE VILLAGE Vauvert : le poids des mots, le choc des ego

D.R/T.D Montage/C.M
De gauche à droite : Gérard Gayaud, Jean-Louis Meizonnet et Jean Denat. D.R/T.D Montage/C.M

En lieu et place de notre traditionnel portrait du dimanche, Objectif Gard vous propose un nouveau rendez-vous dominical. En cette période d’élections municipales, ce « portrait de village » est l’occasion de faire un gros plan, de « zoomer » sur une ville ou un village du département et d’y présenter les principaux candidats ainsi que les enjeux qui attendent cette localité. Notre premier portrait met l’accent sur la commune de Vauvert.

Gérard Gayaud, Jean Denat ou Jean-Louis Meizonnet ? Autrement dit : UMP, PS ou RBM ? C’est probablement le trio auquel seront confrontés les vauverdois dans un mois et demi environ à l’occasion des élections municipales. S’ils n’ont pas le même parcours, les trois candidats ne sont pas des inconnus. Gérard Gayaud est le maire sortant qui brigue un troisième mandat. Celui de trop s’il l’on en croit son adversaire socialiste Jean Denat, conseiller municipal de la ville et vice-président du conseil général. Le troisième homme, Jean-Louis Meizonnet, n’a pas de « titres ». Pour cause : il se lance pour la première fois dans une élection sous l’étiquette du Rassemblement Bleu Marine. Mais ce vauverdois de souche, médecin pendant près de 40 ans dans la commune, n’a pas non plus besoin de se faire un nom.

Gérard Gayaud : on remet ça ?

Gayaud, c’est le patron de Vauvert depuis plus de dix ans. Pour ses adversaires, il est l’homme à battre. Elu pour la première fois en 2002, réélu en 2008, pourquoi les vauverdois ne lui confieraient-ils pas les clés de la mairie une troisième fois ? Lui, il y croit plus que jamais : « Je suis fier de ce que l’on a fait : on a investit plus du double de ce qui se faisait précédemment. Les taux d’imposition ont augmenté trois fois moins vite que lors des mandats précédents. On a donné une nouvelle dimension à la ville en construisant écoles et stade, en luttant contre les inondations, avec une offre culturelle riche comme les nuits du jazz ». Gérard Gayaud, qui n’hésite pas à rappeler que « Vauvert lui a tout donné », espère que sa commune lui donnera sa chance encore une dernière fois.

Jean Denat : la rupture

« L’enjeu à Vauvert est d’interrompre le déclin ». Cette phrase, signée Jean Denat, a le mérite d’être claire. Si Gérard Gayaud est fier de son bilan, son adversaire, grand copain de Manuel Valls, n’est pas du tout du même avis : « Le taux de chômage est au-delà des moyennes nationales. On a saccagé les arènes. Notre richesse patrimoniale est insuffisamment exploitée… ». Si le vice-président du conseil général est élu maire de Vauvert, il promet de : « donner l’image de l’innovation, de construire une école primaire, de créer un plateau technique de soins et de développer la zone artisanale… » Le candidat socialiste, prudent, ne dévoilera son programme qu’au dernier moment. Il viendra au devant des habitants dans une permanence mobile : « un camping car avec nos couleurs », conclut-il.

Jean-Louis Meizonnet : l’outsider

Meizonnet, c’est incontestablement le moins politicien des trois. C’est le petit nouveau, le dernier arrivé qui n’entend pas être le dernier servi. Ce médecin de profession, convaincu de se lancer dans cette campagne par Gilbert Collard, veut soigner sa ville. S’il avoue ne pas avoir « l’habitude de parler en public et de fréquenter ces milieux-là (ceux de la politique, NDLR) », Jean-Louis Meizonnet apprend vite et, comme les autres, n’oublie pas de dézinguer ses adversaires (lire plus bas). Quant à son programme, qu’il ne veut pas révéler non plus, il en présente les grandes lignes : « On va mettre l’accent sur la sécurité mais pas seulement. On va améliorer la connaissance du patrimoine culturel vauverdois, réfléchir à des projets environnementaux car il y a trop de décharges sauvages. Pour résumer, je serai le candidat de la bonne volonté, du bon sens et du courage politique »

Ce qu’ils disent les uns des autres :

Gérard Gayaud :

 « Mon adversaire cache complètement le fait qu’il soit socialiste »

« Jean Denat distribue dans Vauvert des informations mensongères. Il est capable de distiller, comme en 2008, que je suis un raciste. C’est sa façon de faire de la politique que je n’admets pas»

« Jean-Louis Meizonnet est un candidat respectable. C’est un médecin. Après, ses solutions on ne les a pas vues ».

« On va encore avoir deux-trois tracts du Front National qui vont nous dire qu’il y a trop d’immigrés et trop d’impôts ».

Jean Denat :

« Le maire sortant a une responsabilité accablante. Il cultive l’amnésie »

« Je n’ai aucune animosité à l’égard de personne. Je suis très attaché au respect ».

« Avant le premier tour et après deux pastis, Gayaud est un modéré de gauche. Entre les deux tours, il est plus extrême. Son parti, c’est pas Vauvert, c’est l’UMP de Copé ».

Jean-Louis Meizonnet :

« Les deux protagonistes s’envoient des flèches empoisonnées. Une troisième force est nécessaire ».

« Jean Denat a déjà fait des tentatives aux municipales. Que des échecs… J’ai reconnu ce qu’il a fait au conseil général mais il n’a pas le profil pour Vauvert »

« Gayaud a fait un bon premier mandat. Le second a été plus calme. Au moins, il n’a pas vidé les caisses de la ville vu qu’il n’a rien fait ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité