GARD. Grève : les dentistes prennent le mors aux dents

Photo d'illustration. D.R/

Photo d'illustration. D.R/

Qui dit mal aux dents, dit mal d'amour... Et c'est bien d'un problème de couple dont il est question ici, entre la sécurité sociale et les chirurgiens-dentistes qui protestent contre le gel de leurs tarifs par l'assurance maladie. Depuis hier, l'ensemble des praticiens, par l'intermédiaire du premier syndicat de leur profession la CNSD (Confédération Nationale des Syndicats Dentaires), sont en grève. Ces derniers sont d'ailleurs invités à ne plus faire suivre les feuilles de soins du 4 au 8 février.

"Certains dentistes ont fermé leur cabinet, d'autres soignent leurs patients qui ont pris rendez-vous avant mais ne répondent plus au téléphone", explique Marc Bousiges, président du syndicat des chirurgiens-dentistes du Gard. A savoir que notre département compte environ 450 praticiens.

Le motif de la grogne des dentistes n'est pas sans faire échos à celui des médecins: "nous nous élevons contre le gel des très faibles remboursements des soins dits "précoces", comme le traitement des caries, le détartrage ou l'extraction… (...) Cela représente 75% de notre activité. Sur l'extraction par exemple, le sécurité sociale rembourse 33,44 euros pour une demi-heure d'intervention, alors que nos frais montent à 50 euros pour cette même demi-heure", poursuit Marc Bousiges.

Alors, le mors aux dents mais la fraise dans la poche, les dentistes du Gard et de France réclament une revalorisation de ces actes. Et d'ajouter cet imparable argument  : "cela nous permettrait de diminuer nos tarifs sur les couronnes qui sont chères et  mal remboursées. Il faut savoir qu'elles sont remboursées au même montant qu’il y a 25 ans soit 75,25€ ".

Reste que pour obtenir gain de cause, il faudra repasser début novembre, lorsque la ministre de la Santé établira la PLFSS (le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale). "Mais d'ici là, nous pouvons avoir des engagements signés à travers des avenants", conclue Marc Bousiges qui espère bien que son mouvement sera couronné de succès...

Coralie Mollaret

Partager