Actualité générale.ActualitésAutres sports

BESSÈGES L’Etoile cycliste de retour au bercail pour une belle bagarre

Toute une génération de coureurs s'est succedée sur les podium de l 'Etoile
Deux générations de coureurs se sont  succédées sur les podiums de l 'Etoile (Hier à St Ambroix) Ph DR

La 44e édition de la course cycliste l'Etoile de Bessèges entame ce midi sa troisième étape avec le "Grand Prix de la ville de Bessèges" justifiant le nom de cette épreuve initiée il y a près d'un demi siècle et qui a su résister au temps. 

En 1971 et en 1972 le français Jean Luc Molinéris remportait par deux fois l'épreuve  qui se déroulait alors en une seule course, en 1973, l'épreuve était composée de trois courses, (dont une emportée par Cyril Guimard) sans classement général avant que ne soit institué le classement général en 1974 qui a vu au fil des année défiler sur le podium deux générations du sport cycliste international.

Aujourd'hui l'Etoile de Bessèges, c'est cinq  jours de courses (avec “en lever de rideau” l'épreuve de La Marseillaise à Marseille, qui permet  de garder la durée “historique” de la course à six jours), cent soixante coureurs  engagés dans un total de vingt équipes dont plus de la moitié sont étrangères. Si le final a été volé en quelque sorte à la ville pour des  raisons économiques  et se déroulera dimanche contre la montre à Alès, au moins la prestigieuse course, aujourd'hui trophée Conseil Général du Gard, a-t-elle gardé son nom. Lors de la présentation de cette 44e édition, toujours organisée par l’Union Cycliste Bességeoise, le commissaire général Roland Fangille n'avait d'ailleurs pas caché sa satisfaction d'avoir pu traverser les crises . “Si nous sommes ici c’est d’abord parce que nous avons réussi à boucler notre budget de 560.000€. “L’argent c’est le nerf de la course” commentait-il. L'autre grand atout, c'est la date choisie pour l’ensemble de la course qui est extrêmement judicieuse sur le plan médiatique puisqu’il s’agit de la première sortie pro de la saison. “Trois semaines plus tard nous n’aurions plus personne” commente-t-il.

Une étape fétiche

Le Grand Prix de la ville de Bessèges reste toutefois le "gros morceau" avec ses 152 km en boucle dans la montagne autour de la ville.  “C’est le circuit le plus dur avec les cols de Trelis et des Brousses puis St Brès et la Châtaigneraie sur trois tours avec ensuite un final de 5 tours. Pour nous c’est important car les coureurs arrivent aujourd’hui très préparés, avec parfois déjà 5000 km dans les jambes et on peut assister a du beau spectacle entre les grimpeurs et l’effort fourni par le peloton sur le plat” explique le commissaire général. Pour le public, l'avantage d'un tel circuit c'est la garantie de mieux profiter du spectacle en restant plus longtemps "sur" le parcours. A Bessèges la météo s'annonce clémente après les fortes intempéries de la nuit pour un départ (fictif)  à 12 h 45 de la mairie, et officiellement au niveau de la station Carrefour à 12 h 50. Premier passage sur la ligne d’arrivée prévu environ une heure plus tard avant les tours et une arrivée prévue un peu avant 16h30. La fête se prolongera avec un feu d'artifice vers 19h30 le long des berges de la Cèze.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité