Actualité générale.ActualitésMunicipales 2014.PolitiquePolitique.

NÎMES 2014. PS : l’impopularité de François Hollande « nous impactera à la marge », pense Stéphane Tortajada

D.R/C.M
D.R/C.M

Une bonne nouvelle pour le trio de droite UMP/UDI/FN. Selon un sondage Ifop pour le JDD publié hier, les Français souhaitent que ces trois partis arrivent en tête, contre 40% pour le bloc PS/Front de Gauche/EELV, des municipales de mars prochain. Une première depuis 2007. En cause : la déception des électeurs de François Hollande plus forte que les chicayas entre les deux poids lourds de l'UMP, François Fillon et Jean-François Copé.

En outre, la participation devrait s'élever à 67% pour ce scrutin, soit deux points de plus que lors du dernier sondage en janvier dernier.

A Nîmes, cette actualité n'émeut pas le PS local qui se démène déjà avec sa candidate Françoise Dumas, à six semaines du premier tour, pour réaliser l'union avec les deux autres listes de gauche (Jean-Paul Boré avec TPNA et Sylvette Fayet avec le Front de Gauche, NDLR). "Ce sondage a été réalisé au niveau national. Il y a une déliaison complète avec ce qu'il se passe ici. Alors, oui peut-être que cela (l'impopularité de François Hollande, NDLR)  nous impactera, mais à la marge", assure Stéphane Tortajada. Et au premier fédéral du Gard, las des divisions de la gauche, de lancer un "appel (...) pour que les partenaires se mettent autour de table" et réfléchissent aux modalités de leur union : "c'est une condition essentielle pour la victoire de la gauche. Et c'est d'ailleurs notre objectif commun. Aucune personne ne doit être mise au banc : Jean-Paul Boré fait un travail citoyen, de terrain, tout comme Sylvette Fayet. Il faut se mettre tous autour de la table (Avec Françoise Dumas, candidate PS, NDLR) et prévoir. La politique c'est bien cela". A l'instar des concessions, pas toujours faciles pour nos responsables politiques.

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “NÎMES 2014. PS : l’impopularité de François Hollande « nous impactera à la marge », pense Stéphane Tortajada”

  1. Prévoir oui mais ne surtout pas faire l’union derrière Françoise Dumas qui a vote toutes les augmentations d’impôts du gouvernement Hollande dont nous sommes victimes ! Stop PS

  2. ÇA FUITE… sur le net
    Municipales à Nîmes. Un sondage favorable à Boré ?
    Un sondage donnerait Jean-Paul Boré largement en tête de la gauche avec près de 19% des voix , devant Françoise Dumas 11% et Sylvette FAYET 8%.
    Sous la pression du système politique local et de Françoise Dumas notamment (qui a choisi et ce n’est pas un hasard, le même date que celle de Jean-Paul Boré pour présenter sa liste), La presse hésiterait-elle à publier ce sondage dont les résultats constitueraient un véritable séisme politique dont l’onde de choc se ferait sentir bien au delà des frontières de Nîmes et son agglomération ?

  3. Les deux commentaires méritent commentaire.

    1/ Le premier est écrit par un opposant aux socialistes à qui il faut dire que l’élection municipale n’est pas un référendum pour ou contre la politique de F. Hollande. Selon ce sondage, seuls 20% des électeurs se prononceront en fonction de la politique nationale. Vous faites quoi des 4/5ème autre ?

    2/ Le second est écrit par un sympathisant de Jean-Paul Boré qui nage en plein fantasme à moins qu’il ne cite précisément sa source, la méthode utilisée par l’institut de sondage et les vrais résultats. Chiche ?

  4. Vous avez raison, ce ne sont que les résultats d’un sondage non rendu publique. Et comme vous Monsieur Teissier, j’espère que les sondages qui paraitront officiellement donneront les vrais résultats et les méthodes utilisées. Imaginez un instant que des personnes bien informées, preuves à l’appui, dévoilent un quelconques tripatouillage. Cela serait vraiment destructeur pour notre vie politique locale, quelles que soient par ailleurs les opinions de chacun. Et ça, ce n’est pas un fantasme.

  5. Il ne faut pas mélanger élection locale et politique nationale, les problématiques ne sont pas les mêmes, d’ailleurs les réponses que l’on attend de Françoise Dumas et de ses colistiers, ainsi que des autres listes, ce sont des réponses à notre vie quotidienne à Nîmes : urbanisme, transports, développement local, environnement, action en faveur des handicapés, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité