A la uneActualité générale.ActualitésMunicipales 2014.PolitiquePolitique.

PORTRAIT DE VILLAGE Un match à trois pour le fauteuil de maire de Villeneuve-les-Avignon

Tour Philippe
La tour Philippe le Bel, l'un des symboles de la ville. (Photos J.-M.C.)

Aux portes d'Avignon, le long du Rhône, la commune de Villeneuve-les-Avignon est une paisible cité d'un peu plus de 12 000 habitants. Une commune qui depuis 1995, est dirigée par Jean-Marc Roubaud (UMP). Élu pour la troisième fois de suite dès le premier tour en 2008, le maire sortant voit la concurrence sortir du bois. Florent Lemont, candidat divers gauche, a réussi à rassembler son camp quand Gilles Caïtucoli, candidat FN, compte surfer sur la vague frontiste. Le risque d'une triangulaire et " d'un deuxième premier tour ", est donc bien réel. Focus.

Florent Lemont (PS), l'union fait la force

Florent Lemont
Florent Lemont se voit dans la peau du " challenger ", mais croit en sa victoire.

Chercheur dans la filière scientifique, responsable d'un laboratoire et militant associatif de longue date, Florent Lemont a déjà remporté une première victoire : rassembler la gauche. Du Front de gauche aux Écologistes en passant par le Parti radical de gauche et le Mouvement républicain et citoyen. " C'était une condition sine qua non pour que je parte ", jure-t-il. Entouré, il compte mener son combat contre un maire qui " se contente d'assurer le service minimum en rénovant la voirie et en entretenant les écoles ". Avec le constat que la ville se meurt " car la population vieillit et il devient difficile de se loger ". Dans son programme, l'homme de 45 ans espère donc relancer " l'investissement productif ", et favoriser la continuité commerciale dans le centre de Villeneuve-les-Avignon. Autre cheval de bataille de Florent Lemont, la gestion de l'eau et du camping municipal qui doit " rester entre les mains de la municipalité ". La pression fiscale est aussi au cœur des reproches adressés à la municipalité en place. Si aux dernières élections, le PS avait " pris une gifle ", avec environ 27% des scrutins exprimés, Florent Lemont ne se cache pas. Il espère bien " gagner la mairie ".

 

Gilles Caïtucoli (FN), l'inconnu

Gilles Caïtucoli, FN, maintient sa candidature. Photo DR/
Gilles Caïtucoli veut tirer son épingle du jeu face au duel UMP vs PS.

Le secrétaire départemental frontiste a annoncé sa candidature un peu à la surprise générale. Résident à Pujaut, il s'est présenté aux cantonales de Roquemaure en 2011, aux législatives de la 3ème circonscription du Gard en 2012 avant d'être désigné par son parti comme le candidat de Villeneuve-les-Avignon. Un parcours qui lui est évidemment reproché par ses adversaires mais qu'il balaye d'un revers de main. " Je suis né à Avignon et Pujaut se trouve à cinq minutes de Villeneuve. J'ai quand même connu pire comme parachutage ! ". Pour sa première élection municipale à la tête d'une liste, Gilles Caïtucoli compte dénoncer les agissements " du système UMPS ". Sur le terrain, il assure d'ailleurs que les habitants sont déjà " très réceptifs ". Deux points centralisent son désaccord. La fiscalité tout d'abord, qui " est beaucoup trop lourde et qui pousse de nombreux habitants à partir ", assure-t-il. L'insécurité ensuite, et notamment les cambriolages qui auraient " explosés en 2013 avec 139 cas répertoriés, soit un tous les trois jours". Pour y remédier, il compte augmenter les effectifs de la police municipale en " ne remplaçant pas les fonctionnaires qui partiront à la retraite ".

 

Jean-Marc Roubaud (UMP) puissance quatre ?

bla bla
Jean-Paul Roubaud est en ordre de marche pour un quatrième mandat.

Le maire sortant fait évidemment figure de grand favori. Seulement, sa réélection dès le premier tour ne semble pas acquise, contrairement au dernier scrutin municipal. Pour preuve, Jean-François Copé, président de l'UMP, est venu soutenir " son vieil ami ", lors d'une réunion publique tenue dans la tour Philippe le Bel, mercredi dernier. Mais fort de trois mandats, Jean-Marc Roubaud a l'expérience qui parle pour lui et l'homme ne s'affole pas. Il est même " plutôt confiant ", dans l'optique d'une réélection. Face aux attaques de ses opposants, il préfère ironiser. " Quand je vois le projet du PS notamment, j'ai envie d'éclater de rire. M. Lemont propose quand même de cautionner les découverts des commerçants ! " Et quand on lui présente le taux d'imposition de ses administrés, Jean-Marc Roubaud justifie ses choix. " La configuration  de la ville, avec un riche patrimoine et des maisons individuelles, est en partie responsable mais c'est aussi une des conséquences de la municipalité socialiste au pouvoir de 1989 à 1995 ". L'une de ses solutions pour l'avenir, c'est intégrer le grand Avignon et profiter de son rayonnement, mais cela ne portera ses fruits " que sur une quinzaine d'années ", prévient-il. D'ici là, de l'eau aura coulé sous les ponts du Rhône.

Jean-Marie Cornuaille

jeanmarie.cornuaille@objectifgard.com

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité