A la uneActualitésPolémique.PolitiquePolitique.

EMPRUNTS TOXIQUES « Le maire s’obstine, c’est déraisonnable », regrette Eric Firoud

Eric Firoud et Maître Olivier Taoumi. Photo TD
Eric Firoud et Maître Olivier Taoumi. Photo TD

Au fond de la Grande Bourse, assis sur une banquette rouge, Eric Firoud, candidat aux municipales à Nîmes, ne digère pas la nouvelle. Devant la presse, accompagné de son avocat Maître Olivier Taoumi, c’est en tant que président d’AC Contribution qu’il prend la parole : « Je n’arrive pas à trouver les mots devant l’ampleur de ce que je viens de découvrir et d’apprendre », commence-t-il consterné. Le ton est grave, le scandale a l’air terrible. Il continue : « Le 7 mars dernier, dans son jugement, le tribunal de grande instance de Nanterre a dit que Dexia a perdu contre la ville de Saint-Maur-des-Fossés. La conséquence, c’est que le taux a été ramené à 0,04% sur toute la durée du contrat. La ville va économiser 600.000€ par an sur 20 ans ».

Si on appliquait le même principe à celle de Nîmes, qui, elle aussi, a contracté un emprunt toxique auprès de Dexia (relire ici), et à supposer que le tribunal aille dans le même sens (ce qui fait tout de même quelques si), Eric Firoud a fait le calcul : « Ça voudrait dire que l’économie sur 20 ans serait de plus de 100 millions d’euros. C’est hallucinant ! » Avant de lancer : « Au même moment, on a une ville qui s’oppose à notre démarche citoyenne. Le maire s’obstine, c’est déraisonnable. Et d’ailleurs, il dit qu’il a attaqué Dexia en justice, mais vous en avez la preuve ? »

La tête dans son épais dossier, Olivier Taoumi écoute attentivement. Montrant à la presse un recommandé envoyé à Jean-Paul Fournier, distribuant les documents, il raconte la suite qu’il entend donner à cette affaire : « Déjà, on a fait appel le 27 février dernier devant la cour d’appel administrative de Marseille. Ce vendredi, on va également saisir le tribunal de grande instance de Nîmes pour demander la nullité des contrats de prêt de Dexia en nous appuyant sur la jurisprudence de Nanterre. Logiquement, les mêmes causes devraient produire les mêmes effets. Enfin, le recours contre le maire à titre personnel est toujours dans les tuyaux ». Selon les deux hommes, si la ville de Nîmes refuse de s’allier à AC Contribution, c’est « politique », dénoncent-ils d’une même voix. « Tout cela pour ne pas perdre la face. Ils sont tellement imbus d’eux-mêmes », conclut Eric Firoud.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “EMPRUNTS TOXIQUES « Le maire s’obstine, c’est déraisonnable », regrette Eric Firoud”

  1. Le maire s’obstine dites-vous ?… Mais c’est sa marque de fabrique ! et plus il a tort, plus il s’obstine.
    Seule la justice arrive à le faire céder tant il est sûr que sa position de maire le met au dessus des règlements qui doivent prévaloir avant toute décision et tant il met un point d’honneur a toujours avoir le dernier mot… quoi qu’il en coûte ! Nous en avons eu des exemples très chers payés au cours de son mandat… et nous risquons fort de vivre une apothéose avec son musée de la romanité dont on ne connaît ni le financement ni les frais de fonctionnement.

    Pour éviter de se retrouver à payer les pots cassés, la meilleure solution est de changer de maire. Ce sera au moins une grosse économie.

    Vous devriez, monsieur Firoud, venir au meeting « festif » organisé par Jean-Paul Boré le 20 mars sur le parvis des arènes… Je suis sûr que sur la majorité des points, vous êtes en accord avec sa démarche.

  2. La critique est aisée mais l’art est difficile. J’aimerai bien voir à l’oeuvre ces donneurs de leçons pendant les municipales, devant les difficultés une fois au pouvoir. Tout celà ne sont que de belles paroles pour endormir son auditoire. Lorsque l’on est en responsabilité, on s’apperçoit très vite que les choses ne sont pas aussi simples que ce que veulent faire croire ces candidats de tout bord et une fois au pouvoir ils déchanteront vite, car entre les belles paroles et les actes il y a parfois et même souvent un fossé. seul les élus d’expérience le savent. Je prefere donc un discours réaliste de monsieur Fournier plutôt que les belles paroles de ce Monsieur qui nous promet de récupérer 100 milions d’euros tombés du ciel. et pourquoi pas 200 ou 300. Restez donc un peu sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité