A la uneActualité générale.Actualités

CONTOURNEMENT NÎMES-MONTPELLIER Le terrassement et les ouvrages d’art sur de bons rails

(Photo J.-M.C.)
Les engins sont nombreux et ont pu commencer leur mission de terrassement. (Photo J.-M.C.)

Autour de la base de travaux qui accueille les bureaux et la direction le long de la route de Générac, les engins de chantier du contournement ferroviaire Nimes-Montpellier sont en pleine action. Après des mois de janvier et février capricieux en terme de météo, les camions bennes et bulldozers œuvrent pour démarrer le génie civil et le terrassement ainsi que les ouvrages d'art, un an après le début des études et des travaux préparatoires. Pour entériner cette nouvelle étape, Damien Alary, président du conseil général du Gard, a rendu visite aux services ce jeudi matin et n'a pas manqué de souligner l'importance de ce dossier pour son institution. " Oui, ce chantier est hors de nos compétences mais nous avons engagé 40 millions d'euros pour favoriser l'emploi et les retombées économiques ", a-t-il assuré. Ainsi, à en croire ses propos, " Près de 20% des travaux seront réalisés par des PME locales ". À ce jour, 70 recrutements ont déjà été réalisés dans le Gard " dont 38 issus de l'insertion, 24 conducteurs d'engins, dix coffreurs-bancheurs et dix ouvriers d'exécution ainsi que 20 entrées en formation ", rappelle une brochure du conseil général. À terme, Damien Alary table sur  un milliard d'euros de retombées économiques par an pour la région et " 3 000 poids lourds en moins sur l'A9. "

(Photo J.-M.C.)
Jean Denat (au centre), en charge des infrastructures transport du Conseil Général, à l'initiative du projet et Damien Alary (à droite) sont venus se rendre compte de l'avancée des travaux, autour de la base de travaux. (Photo J.-M.C.)

 

Un chantier qui doit être livré en octobre 2017

Depuis le début de l'année 2014, le terrassement est en cours de réalisation. Il s'agit de créer " une rampe d'accès entre la ligne existante, de Nîmes au Grau-du-Roi, et le futur contournement ", indique Sébastien Clerget, responsable des travaux de terrassement de la partie du Gard. La rampe permettra le transport des matériaux pour la nouvelle ligne. Elle ne sera pas conservée une fois le contournement réalisé. Les ouvrages d'art sont aussi en cours de réalisation sur tout le parcours. " Il faut assurer tous les franchissements de route ou de cours d'eau, grâce à des viaducs, mais aussi rétablir le réseau hydraulique régional impacté par le contournement ", précise Thierry Parizot, directeur général d'Oc'Via, qui gère le chantier. Cette partie des travaux s'étale jusqu’en 2015, avant qu'en 2016 et en 2017, les travaux d'équipements ferroviaires ne démarrent. Des tests seront ensuite réalisés à partir de mi-2017 et la livraison du projet est prévue " en octobre 2017 ", indique Thierry Parizot. La maintenance du contournement, qui s'étale sur près de 60 kilomètres, a été signée pour 20 ans, soit jusqu'en 2037.En attendant, à l'heure du déjeuner, les engins s'arrêtent pour une pause réglementaire mais d'ici 2017, ils ne devraient pas chômer pour livrer le chantier en temps et en heure.

jeanmarie.cornuaille@objectifgard.com

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité