A la unePersonnalités.Société

LE PORTRAIT DU DIMANCHE Carol Arcange et son voyage littéraire en Camargue

Carol Arcange, auteure de "Les Terres d'Aigues-Mortes". Photo TD
Carol Arcange, auteure de "Les Terres d'Aigues-Mortes". Photo TD

Si ses papiers d’identité sont formels et attestent que Carol Arcange est née à Lyon, on peut en revanche dire que le cœur de la jeune femme bat pour le Gard et pour cette Camargue où elle a passé une bonne partie de sa vie. Le Grau-du-Roi et Aigues-Mortes n’ont plus de secrets pour cette passionnée d’Histoire de France qui visite les musées non sans arrière-pensées. Car l’étudiante lyonnaise en esthétique conserve de chacune de ses visites un détail, une œuvre, une idée qui viennent enrichir ses écrits.

C’est à l’âge de 15 ans que Carol Arcange se lance dans l’écriture : « C’est de famille, explique-t-elle. On a tous un gène artistique. Ma tante, par exemple, écrit pour les enfants ». En l’an 2000, elle écrit une pièce de théâtre qui sera jouée dans un lycée. En grandissant, elle se cherche et compose des poèmes, travaille en tant que rédactrice-web mais finit réellement par se trouver en écrivant son premier roman historique « Les Terres d’Aigues-Mortes ». « C’est un roman qui parle de l’amour entre les deux protagonistes de l’histoire qui sont catholiques et protestants. Vous y croiserez des camisards, des gitans, les somptueux paysages de Camargue évidemment, mais aussi des personnages qui ont vraiment existé comme Marie Durand ou Jean Cavalier », détaille l’auteure.

Plusieurs heures par nuit – elle ne parvient pas à écrire la journée – Carol travaille ses personnages, ses intrigues et boucle son ouvrage en mars 2013. Après plusieurs refus de maison d’édition, la société Edilivre fait confiance à la jeune romancière et accepte de la publier. Une consécration pour la jeune femme. Puis, tout s’enchaîne : elle participe au salon du livre à Paris ainsi qu’au festival cévenol où elle donne sa première conférence de presse. « Les gens m’ont dit que mon livre était agréable à lire. Certains m’ont même demandé une suite. Ça fait plaisir » sourit Carol qui rêve aujourd’hui que son roman soit adapté en film. Dans cette attente, la jeune femme ne se repose pas sur ses lauriers et songe déjà à son prochain roman… un livre sur Nîmes : « La base historique m’inspire. En plus, les lieux sont déjà plantés. Cette région m’inspire beaucoup, c’est là où j’ai mes meilleures idées ».

Les Terres d’Aigues-Mortes de Carol Arcange. 15€. Plus d’infos sur ce lien.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité