Actualité générale.Actualités

ALÈS Les peintures de Marcel Dumont au Pôle culturel et scientifique de Rochebelle

Marcel Dumont. DR/
Marcel Dumont. DR/

Le Pôle culturel et scientifique de Rochebelle à Alès accueille, du 28 mai au 7 juin, une exposition de peintures de l'artiste Marcel Dumont, sur l'initiative de l'Académie cévenole. Le vernissage aura lieu mardi 27 mai à 18 heures.

Marcel Dumont est né en 1921 à Douai. Il commence à dessiner et à peindre à l’âge de 14 ans. Devenu professeur de philosophie, il conjugue son métier et la pratique de la peinture. Débute alors une lente et fructueuse approche du site des Alpilles qui sera sa principale source d’inspiration et de réflexion. Au début des années 1960, il réalise les Tableaux d’assemblage, des monotypes et des empreintes, une peinture très gestuelle, en noir et blanc, où fond et forme se trouvent intimement liés, série qu’il poursuivra dans les années 1970. C’est aussi l’époque des compositions à la cire et à l’encre de Chine. Après un accident, il décide de se consacrer exclusivement à l’art et à la peinture. L’année suivante il bénéficie d’une rétrospective à Saint Rémy de Provence et rencontre Jean Pierre Geay, avec qui il produira plusieurs livres d’artiste, dont Collines et vergers des Alpilles et qui écrira des textes éclairant sur l’œuvre de son ami peintre, et accompagnera dans la suite de son parcours. Il peint de grandes gouaches et des aquarelles. Les années qui suivent sont très prolifiques, inspirées par la nature, le Vercors, les rochers, les intérieurs d’abricotiers. Les expositions se succèdent, à Paris, à Saint Rémy de Provence, à Lyon. En 1982, à l’occasion de sa troisième exposition à la galerie Claude Aubry à Paris, il rencontre François Cheng avec lequel s’instaurera une importante collaboration éditoriale ainsi qu’une véritable connivence intellectuelle et personnelle. Deux livres importants, parmi d’autres, se distinguent : Erre et Déployance. En 1983, il fait la connaissance de Pierre André Benoit et pratique Les dimanches de Rivières. Avec lui comme avec Jean Louis Meunier (La Balance), il publiera dans les années qui suivent et jusqu’en 1988, plusieurs livres de bibliophilie, autour des textes de Jean Pierre Geay, Pierre André Benoit, Pierre Louÿs, Michel Butor et René Char. Du 17 juin au 27 août 1985, il compose le Livre de mes Jardins intérieurs, à la mémoire de son oncle tué à la guerre de 1914. Ce livre en 5 volumes contient 148 œuvres - dessins au roseau, lavis, encre de Chine et aquarelles, auxquels s’ajoute une préface de Jean-Louis Meunier calligraphiée par l’artiste –, qui reprennent ses visions intérieures et ses thèmes de prédilection. Il s’éteint en 1998, à l’âge de 77 ans, au terme d’une vie passée à peindre.

 

 

Il s’éteint en 1998, à l’âge de 77 ans, au terme d’une vie passée à peindre.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité