A la uneActualité générale.ActualitésPolémique.PolitiquePolitique.

GARRIGUES. Indigné face à la loi ALUR de Cécile Duflot, le maire de Nîmes brandit le référendum local

 

Ce matin, en mairie, Jean-Paul Fournier a fait pat de ses inquiétude sur la loi ALUR... D.R/C.M
Ce matin, en mairie, Jean-Paul Fournier a fait part de ses inquiétudes sur la loi ALUR... D.R/C.M

"C'est un dossier complexe", a annoncé ce matin le sénateur-maire UMP de Nîmes, Jean-Paul Fournier, devant un parterre de journalistes. Suivant à la lettre son imprimé PowerPoint qui en ferait pâlir plus d'un, le premier magistrat a alerté : "la garrigue est sérieusement en danger". Les raisons de ce "péril" ? La loi ALUR qui manque sérieusement d'élégance pour le maire en campagne pour les sénatoriales.

Le texte législatif, à application immédiate, a été présenté par Cécile Duflot et voté par le Parlement entre les deux tours des municipales. Cette loi fourre-tout pour une amélioration de l'accès au logement instaure notamment de nouvelles règles de construction dans les zones naturelles constructibles… La fameuse garrigue ! A Nîmes, la faune et la flore occupent l'espace nord de la commune : on y distingue la garrigue dite "naturelle", constitué de 2.710 ha occupés par des terrains militaires et 2.770 ha de zone naturelle. Plus au sud, une vaste étendue de verdure de 2.200 ha, proche du milieu urbain, est un parfait trait d'union entre les deux environnements. Et, de fait, est davantage habité par l'homme.

Jean-Paul Fournier en guerrier vert 

Alors, pour construire sur ces terrains, les propriétaires doivent respecter des règles précises afin de déposer leur permis de construire en mairie. Sous peine d'obtenir une fin de non-recevoir. Le P.L.U (Plan Local d'Urbanisme) de la ville de Nîmes autorisait jusque là, une seule construction par parcelle. En outre, une taille minimum de terrain ainsi qu'un C.O.S (coefficient d'occupation des sols) conditionnent les constructions.

Pour exemple : en Zone N1, c'est à dire proche de l'espace urbain, un propriétaire ne pourra construire que si il possède un terrain d'au moins 1.000 m2 ; 2000 m2 pour la Zone 2 et 3000 m2 pour la Zone 3, la plus excentrée de Nîmes. Quant au C.O.S, il attribue la superficie à bâtir pour limiter l'urbanisme outrancier et défigurant.

Se présentant comme le farouche défenseur de la chose verte, Jean-Paul Fournier qui rappelle avoir été "le premier il y a 25 ans à élaborer une charte pour la garrigue", dénonce : "la loi ALUR supprime la superficie minimale des terrains constructibles et le C.O.S en le remplaçant par une emprise au sol de 30% pour la Zone 1 ; 20% pour la Zone 2 et 15% pour la Zone 3". Ainsi en Zone 1, "on pourra faire construire une maison de 180 m2 (90m2 au sol e un étage) sur une parcelle de 300 m2 oui un collectif de 600m2 (300m2 au sol plus un étage)… Ce qui était impossible avant".

10.000 constructions supplémentaires à venir dans la garrigue

Alors, assurant que les géomètres sont déjà dépêchés sur place, Jean-Paul Fournier s'inquiète : "cela pourrait engendrer 10.000 constructions supplémentaires. Non seulement on assisterait à un mitage de la garrigue, mais nous n'avons pas tous les équipements publics, réseaux d'assainissement ou voiries pour accueillir ces nouvelles constructions et les gens qui y habiteraient… Et puis, est-ce que nous avons les moyens de faire cela ?".

Retrouvant ses accents guerriers de campagne adoucis après les municipales, Jean-Paul Fournir  fait savoir que "tous les élus gardois, même l'écologiste Christophe Cavard, on voté ce texte qui va défigurer notre garrigue". Samedi, un voeu pour assurer la volonté des élus de préserver la garrigue sera voté en conseil municipal.

Actuellement,  une "réflexion" est en train d'être menée,  nous dit-on, pour savoir si oui ou non un référendum local peut s'organiser sur la question. Un référendum qui, si il était avéré, serait le premier des trois mandats de l'ère Fournier… "Et on me dit que je ne consulte jamais ? ", raille avec un brin d'humour l'élu de droite.

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

10 réactions sur “GARRIGUES. Indigné face à la loi ALUR de Cécile Duflot, le maire de Nîmes brandit le référendum local”

  1. Bravo pour le défenseur de la garrigue, mais le projet Porte Nord de 30.000 logements à l’entrée route d’Alès et en pleine garrigue n’est il pas un projet Fournier ??
    Il ne faut pas avoir un double discours ou la mémoire un peu courte.

    Et si référendum pourquoi pas, mais aussi pour le musée de la Romanité imposé sans aucune concertation. Chiche !

    1. Le musée de la romanité faisait parti du programme sur lequel Jean Paul Fournier a été largement élu ! Le référendum était là donc plus besoin d’y revenir !!

  2. Préserver la garrigue de constructions habitables pour protéger le thym et les sangliers…pourquoi pas (surtout lorsque l’on a plus les moyens des infrastructures) mais quid de l’éventuel exploitation du gaz de schiste ici ?
    Je voterai pour la préservation … de l’extraction propre du gaz de schiste.
    Que le sénateur-maire nous donne plus d’infos sur le sujet. Le dossier est lourd de conséquences. Notre politique énergétique est ici engagée.

    Thierry JACOB (conseiller FN Nîmes et agglo)

  3. On n’y comprend rien. La loi ALUR est faite pour densifier en zones urbaines et éviter de bouffer des zones naturelles, rurales, agricoles. Il est surprenant qu’un maire lié à COBATY c’est à dire au lobby des constructeurs, spéculateurs fonciers et autres travaux privés ou publics se fasse le chantre de la ruralité. Il doit y avoir un truc pas très clair.

  4. Heureuse de voir que notre maire s’inquiète aujourd’hui de notre garrigue et des anciens masetiers qui la préservent depuis 30 ans. Ces « nantis » qui croulent sous les impôts locaux, les taxes d’assainissement privé, les problèmes de réseaux, les conduites d’eau privées qui gèlent… au fond d’impasses privées, sans éclairage public, sans voirie, sans ramassage des poubelles devant nos portes, sans bus, sans assainissement public…vivement qu’on puisse parceller et vendre notre très chère garrigue à des promoteurs!!

  5. Je ne pense pas que le vrai problème soit là… Pour moi des lois comme la loi ALUR ou Duflot ne sont pas là pour nuire à l’environnement et détruire tout ce qui est naturel ! La preuve la loi Duflot vise à construire des logements respectant des normes environnementales (cf : http://www.loi-duflot.fr/questions-reponses/types-logements-loi-duflot/)… Même si la loi ALUR fait pour le moment défaut, je pense qu’il faut attendre que des remaniements soient fait pour juger de son efficacité.

  6. OUI pour un référendum…..mais aussi pour préserver toute la garrigue mais faire voter tous les habitants de Nîmes-Métropole pour répondre aux Mazetiers ci-dessus, car vous payez des împots de Mazet agrandis et rafistolés….alors que nous pour nous avons une maison chèrement payée avec des taxes exorbitantes et que peut-être quand on sera à la retraite on sera obligés d’hypothéquer pour y mourir au-dedans pour payer toutes les factures.

  7. L’hôpital qui se fou de la charité, rendre des terrains inondables constructible pour les vendres ensuite…. Et nous faire la morale sur la garrigue, pour la préserver il y a la zone verte non constructible bla Bla bla

    1. En garrigue ouest à 500 mètres de caremeau, une zone verte interdit la construction à de nombreux propriétaires, et en même temps, bien plus loin en pleine garrigue les lotissements fleurissent 33 lots de 3000 mètres chacun!!!!! d’ailleurs ont leurs à même fait un jolie pont!!!!! et là la loi Alur elle est où !!

  8. Ou voulez vous loger toute les personnes qui vont aussi partir des zup, ils vont casser les tours, il faut les reloger.
    Et puis tous ces gens du nord qui arrive, la misère est plus agréable au soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité