A la uneActualité générale.ActualitésPolitiquePolitique.

EUROPENNES. « Oui, nous sommes populistes », reconnait le candidat FN Louis Aliot

Ce matin D.R/C.M
Ce matin Louis Aliot, candidat FN aux européennes était à Beaucaire, aux côtés du maire FN Julien Sanchez, pour la campagne des européennes du 25 mai. D.R/C.M

Ce matin c'est depuis Beaucaire, seule commune remportée par le FN aux municipales gardoises, que le candidat FN Louis Aliot a choisi de faire son escale de campagne pour les européennes du 25 mai. L'attaché parlementaire de Marine Le Pen, candidat malheureux aux municipales de Perpignan espère bien obtenir l'heureuse issue de Julien Sanchez : "Selon les sondages, nous pouvons obtenir entre 2 et 4 candidats dans notre circonscription (sud ouest, NDLR) et nous aurons un groupe au Parlement européen, c'est sûr".

"Pour moi, le terme de populiste n'est pas insultant", reconnait Louis Aliot 

Pour obtenir ce groupe, le parti nationaliste doit faire élire 25 députés dans 7 pays différents. Avec la montée du populisme en Europe, la balance aurait tendance à pencher en leur faveur. Et puis, avec zéro député élu en 2009 dans la circonscription sud ouest, difficile de faire pire... "Pour moi, le terme de populiste n'est pas insultant, si cela signifie que l'on veut tout faire pour le peuple et par le peuple, je pense que c'est cela la démocratie", pense Louis Aliot faisant l'impasse sur l'aspect "démagogique" de la chose.

Alors ce matin, c'est bien un discours radical et parsemé de lendemains meilleurs qu'a prononcé Louis Aliot. De l'Europe de Jean Monnet, "nous voulons en sortir" puisque selon lui "l'Europe ne protège pas les agriculteurs, les petites entreprises qui font la richesse de la France !". "Oh, mais c'est vrai qu'en France, on ne s'intéresse qu'aux entreprises du CAC 40"., assène-t-il. C'est oublier le nombre d'emplois indirects qu'engendrent ces entreprises...

"Nous sommes européens, la France est dans l'Europe, la géographie nous contredirait si nous prétendions le contraire. Mais nous voulons sortir de cette Europe et en bâtir une autre", affirme Louis Aliot, fidèle au discours de la patronne du FN. Cette nouvelle Europe mettrait fin à l'espace Shengen, la libre circulation des biens et des personnes avec le rétablissement des barrières douanières et le retour à la monnaie nationale, ce bon vieux franc.  Reste que dans ce monde de libre échange, pas sûr que les barrières douanières sont les armes idéales pour favoriser la croissance et conserver notre niveau de vie... A Louis Aliot de démontrer le contraire.

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “EUROPENNES. « Oui, nous sommes populistes », reconnait le candidat FN Louis Aliot”

  1. C’est vrai, les CAC40 jouent à fond les dumpings, la concurrence entre les Nations pour satisfaire leurs besoins de PME et lorsque les « petits » s’entredéchirent les gros se gavent.
    L’état stratège est aujourd’hui une évidence face à ce système devenu fou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité