A la uneActualités Gard.

FAIT DU JOUR. Alès ouvre son premier cabaret demain samedi

Le grand espace du "Cabaret Jazz" fin prêt pour samedi soir. DR/EL
Le grand espace du "Cabaret Jazz" peut accueillir 250 personnes dont 160 assises. DR/EL

Dans le centre-ville de la capitale cévenole, en face du Cratère, une nouvelle institution pourrait bien se démarquer du paysage culturel alésien. Le "Cabaret jazz", fruit d'un travail familial de dur labeur, sera inauguré en grandes pompes samedi soir, et proposera chaque semaine un programme musical éclectique entre jazz, blues, salsa, et revues parisiennes. 

Jean-Luc Roche, sa femme Monique et leur fille Margaux, 20 ans, sont les heureux propriétaires du premier cabaret d'Alès. Couleurs chaudes, piano à queue flambant neuf, décor jazzy et coin détente tout de velours vêtu, le "Cabaret Jazz" accueillera, dans le cœur de ville, tous les jeudis, vendredis et samedis, des soirées musicales dédiées aux "connaisseurs". "Nous visons une clientèle de 35 à 60 ans qui apprécie la vraie musique dans une ambiance chaleureuse et conviviale", explique Jean-Luc Roche, le patron, qui n'est pourtant pas un féru de musique jazz. "J'ai déjà un bar près de l'abbaye et je voulais depuis longtemps ouvrir une boîte de nuit. Mais on n'a pas trouvé de lieu propice et on a découvert cette grande salle qui ne pouvait accueillir de discothèque car trop proche de l'église et du tribunal. Tout était à refaire. Il ne restait que des murs blancs. Avec ma femme, on a réfléchit et on s'est dit, pourquoi pas un cabaret ? C'est une niche dans la région, car le plus proche d'ici se trouve à Nîmes. Et puis j'ai rencontré un ancien des pianos-bars qui avait des contacts partout dans la région, et on a décidé de se lancer avec lui", raconte l'homme plutôt réservé pour un fêtard.

Le couple fait donc confiance au hasard. Il met en gérance le bar qu'il possède déjà en ville pour se consacrer pleinement à cette nouvelle aventure, et refait l'espace du sol au plafond sans faire intervenir de professionnels du bâtiment. Excepté pour l'électricité. "On ne pouvait pas faire de crédit alors on a pris sur nos fonds propres et on a tout fait nous-mêmes, avec l'aide de quelques collègues et amis". Une fois le lieu ouvert, chacun y aura sa place, l'épouse, esthéticienne, accueillera la clientèle, la fille peaufinera les plats en cuisine, et le mari, en bon tenancier qui se respecte, tiendra le bar.

Revues, transformisme, soirées années 30 ou costumées, scènes ouvertes, jazz de divers horizons, blues, le programme sera varié et l'entrée gratuite. Même si les consommations seront un peu plus élevées pour payer les artistes. Pour la première, ce samedi, l'ancien pianiste de Nougaro donnera bénévolement un concert inaugural. Durant la féria, la scène arborera des couleurs cubaines au rythme de la salsa, et sera ouverte, en tant que cabaret jusqu'à 4h du matin. A l'occasion de la fête de la musique, des bœufs seront organisés à l'intérieur comme à l'extérieur du cabaret. Enfin, pendant l'été, des musiques latines épouseront le spectre de la saison ensoleillée. "On espère capter Alès et le bassin alentour. Il y a une véritable attente liée à ce que l'on propose. Il y a plus d'argent que l'on croit dans cette ville", affirme Jean-Luc.

Si l'accueil réservé à Objectif Gard a toutefois laissé à désirer de la part d'un employé, espérons que celui destiné aux visiteurs sera à la hauteur...

Cabaret Jazz - 6 place Henri Barbusse - Tenue correcte exigée

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité