ActualitésEcologie.EconomiePolémique.

GAZ DE SCHISTE Que se passe t-il autour du permis de la Plaine d’Alès ?

Claude Taton et Sébastien Espagne du collectif Basta! Gaz Alès (TA)
Claude Taton et Sébastien Espagne du collectif Basta! Gaz Alès (TA)

« On se pose des questions. » Pour Claude Taton et Sébastien Espagne, du collectif Basta ! Gaz Alès, l'incertitude est totale concernant le permis dit de la Plaine d'Alès, qui s'étend sur 503 km² entre le sud d'Alès et la frontière ardéchoise, en passant par le bassin minier.

Bridgeoil ou Diamoco Energies ?

Pour comprendre, il faut rappeler que ce permis exclusif de recherches d'hydrocarbures a été délivré à la société Bridgeoil par arrêté du 1er mars 2010, publié le 2 avril de la même année. Ce permis étant valable 4 ans, il arrivait à expiration le 2 avril dernier.

Entre-temps, Bridgeoil a demandé au ministère de l'Ecologie, du développement durable et de l'Energie la mutation du permis auprès de la société Diamoco Energies dès le mois d'octobre 2010. Une mutation sur laquelle le ministère n'a jamais statué, laissant pour titulaire actuel du permis de la Plaine d'Alès la société Bridgeoil.

Là où l'histoire se complique, c'est qu'une demande de prolongation dudit permis a été officiellement déposée le mois dernier par la société... Diamoco Energies. Ce n'est pas tout : cette demande n'étant pas suspensive, Diamoco Energies peut théoriquement faire des travaux de recherches de gaz de schiste et de gaz de houille sur la zone le temps que le ministère se prononce, sachant qu'il a 15 mois pour le faire.

« Il y a des jurisprudences »

Alors la mobilisation reste totale pour les membres de Basta ! Gaz Alès. Si « rien n'a démarré » sur le terrain depuis 4 ans concernant les opérations de recherches (notamment du fait des actions menées par les collectifs anti-gaz de schiste), le réseau de vigilance reste en éveil, et l'association va faire partir un courrier à tous les élus de la cinquantaine de communes et aux conseillers généraux concernés par ce permis.

Et Basta ! Gaz Alès prévient : « Si malgré tout le permis est prolongé, on a les arguments nécessaires pour aller en justice. Il y a des jurisprudences. » La prochaine pourrait tomber prochainement : le ministère doit se prononcer sur la demande de renouvellement du permis des Moussières, situé dans l'Ain et le Jura, d'ici la mi-juin.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité