A la uneCultureFéria d'Alès.

TORO SEPT Feria d’Alès 2014. Paulita Triomphe, applaudissements pour Espartinas et Camille Juan

Le Triomphateur Paulita
Le Triomphateur Paulita

Première corrida de la Feria. Arènes d’Alès. Temps ensoleillé. Belle entrée. Paséo retardé par mesure de sécurité. Avant le paséo, discours Mistralien sur nos traditions taurines de l’élu alésien Mr Gilles. 6 toros d’Hubert Yonnet bien présentés, donnant un jeu dissemblable. Le dernier, d’un trapio (morphologie) magnifique sera primé d’une vuelta al ruedo posthume. Ils furent combattus par les maestros "Paulita", Agustín d’Espartinas et Camille Juan.

Face au 1er toro nº 7 salpicado (poivre et sel) accusant peu de force, distrait, alourdi, qui possède une ½ charge, Paulita, essaye mais sans succès de tirer le maximum de l’animal qui avait la tête dans les étoiles. Plusieurs essais avec l’épée. Silence.

Avec le 2ième toro, noir, nº 905, d’un tempérament noble, Agustín de Espartinas s’engage avec application sans arriver à le dominer réellement malgré deux belles séries de la main gauche applaudies et quelques détails torero. Le toro bouche fermée, reçoit un coup d’épée en bonne place. Saluts.

Camille Juan face au 3ième toro de l’après-midi porteur du nº929, débute en fanfare cape en mains. Le toro noble à tendance parfois à se dérober. Le nîmois vaillant et appliqué tue son opposant d’une ½ épée perpendiculaire. Saluts et aviso.

Devant le 4ième toro rustique du nom de “Hermès” nº926, Paulita construit une lidia intelligente. Elle se ponctue par une excellente faena des deux mains avec quelques séquences de qualité, notamment des naturelles templées et dominatrices. Il termine sa prestation par un coup d’épée foudroyant. Deux oreilles.

Agustín de Espartinas, avec le 5ième toro nº919, manquant de race, distrait, une tête toujours haute, le torero andalou n’avait que très peu d’options pour réaliser quelque chose de correct. Un pinchazo puis une entière au 2ième essai ! Silence.

Le 6ième toro, colorado (marron) nº914, bien charpenté, prend trois piques bien administrées par le picador Gabin. Camille Juan en guerrier lutte avec brio devant le pensionnaire de la Belugo compliqué et encasté. Le nîmois frise la correctionnelle en plusieurs occasions ! Malencontreusement, il conclut par trop de coup d’épée. Saluts et 2 avisos. Vuelta posthume au toro.

Christian Cartoux

En images :

Paulita 1er toro
Paulita
Camille Juan
Camille Juan

 

Etiquette

Christian Cartoux

L'univers taurin et l'actualité Gardoise autour des aficionados, c'est ce que je vous propose de découvrir dans mes papiers, ouvrez l'oeil.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité