A la uneCultureFéria de Nîmes.Nîmes OlympiquePersonnalités.Société

NÎMES OLYMPIQUE « J’espère bien monter en ligue 1 dans les trois ans », confie Jean-Marc Conrad

Jean-Marc Conrad, président du Nîmes Olympique TD
Jean-Marc Conrad, président du Nîmes Olympique TD

Hier soir à l’Imperator, Jean-Marc Conrad, le nouveau président du Nîmes Olympique, a exposé son projet pour le club. Un projet à l’image du président : réfléchi et ambitieux. Un projet où il n’oublie personne : ni les joueurs, ni le staff, ni les supporters, ni les Nîmois. Un projet qui verra le jour dans les semaines à venir. Entretien.

Objectif Gard : Vous avez repris le club à la mi-avril. Quelles sont vos premières impressions ?

Jean-Marc Conrad : Ce que je retiens quand je rencontre les supporters ou les gens dans la rue, c’est que tout le monde veut revenir à Jean Bouin, à ce Nîmes Olympique mythique. Ce que je veux, c’est apporter les valeurs qui ont fait du Nîmes Olympique un grand club : la combativité et le dépassement de soi. Je veux me servir du passé pour construire l’avenir.

Justement, comment il se construit l’avenir avec Jean-Marc Conrad ?

Très simplement mais avec des valeurs. Des valeurs sociales, de fraternité et de partage. Le football a besoin de se renouveler parce qu’il souffre d’une très mauvaise image. Pour cela, on va travailler sur la réception du public. Il faut savoir accueillir les gens. Je veux un stade propre, des loges et un espace VIP accueillants, une restauration de bonne qualité. Dès le début de la saison, je prévois d’installer une bodega géante dans la grande salle des expos. Cet espace de restauration sera dédié aux supporters mais aussi aux joueurs qui viendront à la rencontre du public après les matches.

C’est osé ! Surtout un soir de défaite…

Oui, mais dans la vie, on affronte les problèmes. On ne se défile pas. Au Nîmes Olympique, je ne veux pas de stars. La seule star, c’est le Nîmes Olympique. Je veux des joueurs proches des gens. Des joueurs sociables qui véhiculent constamment une bonne image du club. Des joueurs accessibles.

Et des joueurs qui gagnent !

Oui mais des joueurs qui gagnent, ça passe par tout ça. Ca passe par le respect de l’arbitre et de l’adversaire. On va instaurer un code d’honneur qu’on va inculquer dès le plus jeune âge. On ne discutera plus une décision arbitrale : vous avez déjà vu un arbitre revenir en arrière ? On va également renouer le contact avec le football amateur et retisser les liens avec les clubs gardois.

C'est-à-dire ?

Concrètement, tous les mercredis, la caravane des mini crocos se rendra dans un club du département. On ira à la rencontre des gens, des jeunes et de nos partenaires. On veut devenir un club populaire qui appartient à tous les Gardois.

Et à ses supporters ?

Bien sûr ! Je ne les oublie pas. Je veux éveiller leur intérêt. Cette année, on va multiplier les vidéos et notre activité sur les réseaux sociaux. Cette année aussi, je ne sais pas si vous le savez, mais le maillot du club a été dessiné par un supporter. J’ai juste demandé à ce que soit inscrit cette devise : « Plus que le triomphe, c’est le combat ». Ca résume bien nos valeurs.

Au niveau du recrutement, vous en êtes où ?

Pour Pedro Galvan et César Arzo, on est à 90%. Pour Kris Boyd, on est toujours en négociation.

Que manque-t-il pour Kris Boyd ?

Les trois joueurs que je viens de vous citer, je crois qu’ils ont six ou sept enfants en tout. Il est normal que leurs papas se préoccupent de leur scolarité. Pour solutionner le problème, on va créer une « International School Academy », une première en France pour un club de football. Cette école, basée à la Bastide, accueillera des enfants de 2 à 10 ans. Elle donnera des cours en anglais et préparera les enfants à devenir des citoyens du monde. On touche les enfants de footballeurs mais pas seulement : on peut aussi penser aux enfants des cadres internationaux des entreprises locales comme Royal Canin ou autres…

Sur un plan sportif, quelle est votre ambition en tant que président ?

Je veux faire monter Nîmes en ligue 1. Mais une montée, ça ne se décrète pas. Pour l'instant, je peux vous dire que j’ai confiance en moi. Que dans ce club on a tout. Et qu’il y a une forte attente des supporters. Allez, j’espère bien monter en ligue 1 dans les trois ans.

Lire aussi :

Jean-Marc Conrad répond aux critiques

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité