A la uneActualité générale.ActualitésPersonnalités.Société

LE PORTRAIT DU DIMANCHE Après une carrière exemplaire, le Capitaine Antoine Celdran part avec les honneurs

Le capitaine Antoine Celdran. DR
Le capitaine Antoine Celdran. DR

Pour certains, le vendredi 13 est un jour de chance. Pour d’autres, une journée malheureuse où il ne faut pas mettre un pied dehors. Pour les gendarmes de Vauvert, ce vendredi 13 juin était un jour de tristesse…

Ce jour-là, l’un des leurs, le Capitaine Antoine Celdran, mettait un terme à une carrière exemplaire, une carrière exceptionnelle, saluée et reconnue par tous : il suffisait de voir la foule entassée dans la salle Kourou de Saint-Laurent-d’Aigouze à l’occasion de son pot de départ pour en être convaincu.

Antoine Celdran est né en Espagne en 1956, de parents espagnols qui quittent leur pays quelques mois plus tard pour la France. Il arrive dans l'hexagone à trois ans, grandit à Arles, apprend le français et se passionne pour le rugby. A 15 ans, il obtient, comme le reste de sa famille, la nationalité française. Un honneur pour l’adolescent. Il se plie de bonne grâce aux exigences qu’implique cette nouvelle nationalité, se porte volontaire pour suivre une préparation militaire de parachutiste et intègre le 35e régiment d’artillerie parachutiste au moment de son service militaire. Le jeune homme est doué et tape dans l’œil de ses supérieurs. Seulement, il ne peut pas être engagé car il n’a pas les cinq ans de naturalisation française demandés à l’époque : il lui manquait un mois ! Le destin…

Le capitaine Antoine Celdran. DR
Le capitaine Antoine Celdran. DR

Qu’importe ! Le jeune Antoine repart de plus belle et trouve un emploi en tant que monteur-câbleur de lignes téléphoniques. C’est à cette époque qu’il rencontre Françoise, une infirmière d’Arles, qu’il épousera. A 24 ans, l’armée le rattrape. Son destin aussi. Alors qu’il accompagne un ami qui souhaite passer le concours de la gendarmerie, le Capitaine Celdran décroche le concours, entre à l’école de gendarmerie de Montluçon et finit dans les meilleurs de sa promotion. Une vie de voyages et de belles rencontres commence : de Bron à Draguignan où il sert comme gendarme mobile, puis à Bilbao où il est le garde de sécurité du consul général pendant près de trois ans. Une fois de plus, Antoine séduit son supérieur – le consul, en l’occurrence – qui lui propose un poste confortable au ministère des Affaires Etrangères. Amoureux de son métier, il déclinera la proposition et rentrera en France, à la brigade de Vaugneray près de Lyon. C’est là-bas qu’il croisera, hélas, la route de Khaled Kelkal qui, avec un complice, tirera sur deux de ses gendarmes : « Ce jour-là, se souvient-il, j’aurais dû y être mais un empêchement de dernière minute m’a fait arriver en retard à la brigade »… Aujourd’hui, parce qu'il est fidèle en amitié, le capitaine est toujours en contact avec ses anciens compagnons lyonnais.

Dix ans plus tard, en 2005, Antoine Celdran débarque dans le Gard : à Pont-Saint-Esprit d’abord, comme commandant de brigade puis à Vauvert, comme lieutenant. Beaucoup se souviennent de son sang-froid qu’il conservait en toutes circonstances et notamment un jour de juillet 2013 quand son intervention a permis d’apaiser les gens du voyage qui s’en prenaient physiquement au maire de la commune d’Uchaud. Une intervention qui lui a valu une citation à l’ordre de la division, une décoration méritée qui ponctue une carrière exemplaire. Des décorations, Antoine Celdran en aurait certainement mérité beaucoup d'autres. Mais il ne les a jamais cherchées.

Ce dimanche 22 juin, comme les jours qui suivront, c’est en grand-père heureux, sur les plages de Port Camargue, que le quinquagénaire profitera pleinement de sa retraite. Entre planche à voile et kitesurf, il prévoit de transmettre ses valeurs à son petit-fils Maxime. Un petit garçon qui a de quoi être fier de ce super papi qui laisse, à ses collègues de Vauvert comme d'ailleurs, quelques larmes dans les yeux et un immense respect dans les coeurs.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité