A la uneActualitésPolémique.

NÎMES Rythmes scolaires : Jean-Paul Fournier dénonce l’« imposture » de la rectrice

Photo : Tony Duret
De gauche à droite : Jacky Raymond, Jean-Paul Fournier et Valérie Rouverand. Photo : Tony Duret

Ce jeudi matin, Jean-Paul Fournier l’a mauvaise et ne mâche pas ses mots contre la rectrice, Armande Le Pellec Muller, dont il ne prononcera jamais le nom : « On est dans l’imposture complète (…) Elle a foutu le bordel (…) On est pris en otage… » L’objet de cette colère ? La réforme des rythmes scolaires et tous les quiproquos, les revirements et les incohérences qui l’accompagnent. A Nîmes, il y a deux écoles si l’on peut dire : celle de regrouper les temps d’activités périscolaires le vendredi après-midi (de 13h30 à 16h30) ou celle d’étaler un petit peu tous les jours de 15h45 à 16h30 (sauf le mercredi et le week-end).

Après une concertation avec les conseils d’école, le sénateur-maire de Nîmes avait tenu une conférence de presse le 18 juin dernier où il indiquait que les activités périscolaires se dérouleraient le vendredi après-midi (relire ici). « Le 16 juin, rappelle Jean-Paul Fournier, sur les 45 écoles consultées, 61% d’entre elles étaient favorables à l’après-midi ». Seulement, hier, les services de l’Education Nationale ont tranché et ont pris le contre-pied parfait des décisions de la mairie : « La consultation des conseils d’école fait apparaitre que seules 33 écoles sur un total de 83 sont favorables à cette proposition, détaille un communiqué de presse envoyé par l’Académie. En conséquence, c’est l’organisation des temps scolaires établie initialement en concertation entre collectivité, parents et enseignants, et validée en CDEN (Conseil Départemental de l’Education Nationale, NDLR)  le 24 février 2014, qui s’appliquera ».

Ce qui fait bondir Jean-Paul Fournier, c’est cette présentation des chiffres : « Il y a une manipulation des chiffres. Sur les 83 écoles de Nîmes, 33 sont favorables au vendredi après-midi. 33 autres au recteur. Et 17 ne se prononcent pas. C’est l’égalité parfaite ». Balle au centre, donc ? Pas vraiment ! Jean-Paul Fournier parle de « pressions sur certains chefs d’établissement » et assure qu’il « ne va pas en rester là » avant de se raviser en fin de conférence de presse : « On est des républicains. Les principes vont être appliqués mais on souhaitait dire la vérité », conclut-il.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES Rythmes scolaires : Jean-Paul Fournier dénonce l’« imposture » de la rectrice”

  1. oui, bon, cette réforme comme les autres ne sert à rien sur le fond. Comme dirait Paul Bismuth : « il faut tout changer » … y compris et donc surtout tous ceux qui pondent des réformes pour exister.
    Peillon est aujourd’hui à Bruxelles avec les amis de Fournier derrière Junker.
    Ah oui, l’intérêt de l’élève pour apprendre à lire, écrire, compter dans les meilleures conditions au sein d’une école républicaine et laïque ?
    -hors sujet, les intérêts sont ailleurs.
    Le spectacle est fini. Bonnes vacances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close