Actualité générale.ActualitésBeaucaire-Vaucluse

FESTIVAL D’AVIGNON Le bagnolais Nicolas Maury joyeusement transgressif dans Fuck Off

Nicolas Maury hier soir, lors de la première de Fuck Off, saison 3 (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nicolas Maury hier soir, lors de la première de Fuck Off, saison 3 (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Nicolas Maury aime le Off, et c’est sans doute pour ça qu’il en parle aussi bien.

Participant au festival d’Avignon depuis 1998, il a eu le temps d’analyser aussi ses petits et grands travers. C’est donc tout naturellement qu’il en parle dans Fuck Off, qui revient cette année pour une troisième et dernière saison, dont la première était donnée hier soir au théâtre de l’Etincelle.

Distribution de piques

Le ton est libre, caustique, joyeusement transgressif. La salle est bien garnie et le public, avec lequel le comédien bagnolais interagit fréquemment, rit franchement. Il faut dire qu’il y a de quoi.

Nicolas Maury donne une sorte de mode d’emploi du Off, plein de mauvaise foi et de tendresse. Il nous apprend pêle-mêle à « distinguer le festivalier de l’autochtone » ou encore « comment savoir à qui distribuer des flyers pour son spectacle », mais nous y reviendrons.

Seul en scène, il n’hésite pas à distribuer quelques piques contre les « comédies jetables torchées par les tâcherons de chez Ruquier » ou encore les pièces intellectuelles « insupportables que tu vas voir uniquement pour te la péter dans les dîners en ville. »

AFC raillé sur le thème du Parrain

Les spectacles présents, et les personnalités qui y jouent, prennent aussi quelques tacles. Certains sont classés dans des catégories comme « Le top 3 des ringards des années 80 qui viennent se refaire une santé dans le Off » (nous vous laissons le choix de découvrir ce top 3 sur place) ou encore les « spectacles franchisés qui reviennent chaque année ».

Décomplexé, il n’hésite pas à railler AFC, qui organise le Off, en estimant leur chiffre d’affaires par édition sur le thème du Parrain de Coppola.

Et parce que « se faire donner des tracts pendant le festival, c’est comme se faire encorner à Pampelune ou se faire vomir sur les chaussures à la féria de Nîmes », à la fin de la pièce Nicolas Maury a distribué des flyers au public et est allé tracter avec eux jusqu’à la place des Corps-Saints.

Nicolas Maury et son public du soir en route vers la place des Corps-Saints pour distribuer des flyers (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nicolas Maury et son public du soir en route vers la place des Corps-Saints pour distribuer des flyers (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Nul doute qu’ils seront nombreux à tracter avec lui à la sortie de Fuck Off jusqu’au 27 juillet.

Fuck Off, écrit et interprété par Nicolas Maury, jusqu’au 27 juillet au théâtre de l’Etincelle à 20h40. Réservations au 04 90 85 43 91.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité