Actualité générale.Actualités

ALÈS Jusqu’au 19 octobre, Pierre André Benoit accueille son ami Jean Hugo

"L'imposteur", peint par Jean Hugo en 1931
"L'imposteur", peint par Jean Hugo en 1931

Après Miro et Picabia, le musée Pierre André Benoit d'Alès accueille cet été un artiste aux multiples facettes, Jean Hugo, à l'occasion des trente ans de sa disparition. Dessin, peinture, costumes, céramiques, arts décoratifs, une exposition riche reflétant justement le parcours de l'arrière-petit-fils de Victor Hugo.

Né en 1894, Jean Hugo s'installe à Lunel en 1929. De ses études littéraires, il n'en gardera que la fantaisie. Peintre autodidacte depuis son plus jeune âge, il passera par de nombreux mouvements, du dessin miniature - qu'il produira dans les tranchées, pendant la première guerre mondiale - , à la peinture stylisée - pendant les années folles - en passant par le figuratif, à partir des années  30. Il traversera également une période nature morte et portraits qui le caractérise aujourd'hui.

Personnages stylisés peints dans les années 20. Il passera rapidement au figuratif. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Personnages stylisés peints dans les années 20. Il passera rapidement au figuratif. Eloïse Levesque/Objectif Gard

En 1931, Jean Hugo, issu d'une famille anti-cléricale, se convertit au catholicisme et va à la messe chaque jour. S'en suivra des dizaines d’œuvres religieuses, notamment "L'imposteur", sorte d'autoportrait qui le représente avant le baptême.

"Le port de Sète", 1971
"Le port de Sète", 1971

Et si Jean Hugo est plus connu à l'étranger qu'en France, il travaille beaucoup avec son célèbre ami et voisin Pierre André Benoit qu'il voit chaque semaine pendant des années. Ils font plusieurs livres ensemble. Il crée également des costumes tout au long de sa carrière pour des spectacles et des films. On citera notamment Roméo et Juliette, de Cocteau, en 1924, ou Ruy Blas, en 1938, pour la Comédie Française.

Les maquettes de décor de Daphnis et Alcimadure, en 1981, à Montpellier. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Les maquettes de décor de Daphnis et Alcimadure, en 1981, à Montpellier. Eloïse Levesque/Objectif Gard

Enfin, Jean Hugo conçoit quelques maquettes de décor, notamment pour la Comédie Française. Les originaux de plusieurs d'entre elles sont présentées depuis hier et jusqu'au 19 octobre au musée PAB,

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité