A la uneActualité générale.Actualités

PONT-ST-ESPRIT En images : les films infinis de Jacques Perconte au Prieuré

Ardèche, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ardèche, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’exposition Mistrau e Aigo Douço, actuellement au Prieuré Saint-Pierre de Pont-Saint-Esprit, a quelque chose d’hypnotisant.

Quand on arrive dans le monumental prieuré, on se retrouve face à un premier écran de toile, sur lequel est projeté ce qui ressemble au courant d’une rivière. Sorte de tableau mouvant, le film est infini, monté de telle sorte qu’il n’a ni début ni fin. Il y en a trois en tout, le premier représente l’Ardèche, le deuxième la Cèze et le troisième le Rhône, classés « du plus doux au plus puissant » explique l’artiste.

Ardèche, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ardèche, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Né en 1974 à Grenoble et installé à Paris, Jacques Perconte utilise les supports numériques pour créer. Remarqué par l’agglo l’an passé au cours du festival TRACE(s), il a été invité à créer une exposition sur le Gard rhodanien pour laquelle il a eu carte blanche.

Cèze, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Cèze, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Bonne idée, tant ces films infinis, agrémentés d’une ambiance sonore, captivent. Les films, compressés de manière à les rendre parfois presque abstraits, retranscrivent à la fois la puissance et la quiétude de ces cours d’eau.

Rhône, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Rhône, film infini, Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Au fond du prieuré, des impressions numériques représentant l’Ardèche sont exposées. En s’approchant, on aperçoit les pixels dus à la compression de l’image, qui paraissent vus d’un peu plus loin être des coups de pinceau.

Nuages, Ardèche (Mistrau), Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nuages, Ardèche (Mistrau), Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nuages, Ardèche (Mistrau), Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nuages, Ardèche (Mistrau), Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Toujours au fond du prieuré, on entend une ambiance sonore faite d’infrabasses faisant entrer la puissance du Rhône, visible depuis la pièce, à l’intérieur du Prieuré.

Nuages, Ardèche (Mistrau), Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Nuages, Ardèche (Mistrau), Jacques Perconte (2014) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Jacques Perconte réussit là son pari : retranscrire la puissance des cours d’eaux du Gard rhodanien, à travers un support encore relativement inhabituel mais empli de créativité et de poésie.

Misrau e Aigo Douço, la puissance du vent et des eaux en Gard rhodanien, jusqu’au 10 octobre au Prieuré Saint-Pierre de Pont-Saint-Esprit. Ouvert du lundi au samedi, 10h - 12h, 15h - 19h. Entrée libre.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité