A la uneActualitésEcologie.EconomiePolémique.PolitiquePolitique.

ALÈS Le projet du complexe commercial mis à rude épreuve par les habitants

Les opposants au PLU se sont déplacés ce matin en mairie à la rencontre du commissaire enquêteur. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les opposants au PLU se sont déplacés ce matin en mairie à la rencontre du commissaire enquêteur. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Un projet de complexe commercial sur les bords du Gardon anime le bassin alésien. Les opposants font savoir que le terrain se trouve en zone inondable quand la mairie répond qu’il n’y a rien à craindre. Une enquête publique, lancée par la mairie, a pris fin aujourd’hui. Autant dire que les commentaires ne sont pas favorables au projet municipal.  

C’est à midi, ce vendredi 5 septembre, que le commissaire enquêteur Alain de Bouard a clos l’enquête publique portant sur le projet de Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la ville d’Alès. Une heure avant la fermeture officielle des portes, une poignée d’élus et d’opposants à ce projet est venue témoigner de son désaccord et demander, une fois encore, une réunion publique pour informer la population (lire ici). Pendant plusieurs minutes, dans le bureau alloué à Alain de Bouard, Ghislaine Soulet, conseillère municipale et Jean-Michel Suau, vice-président du conseil général - pour ne citer qu’eux - ont déposé les courriers détaillant leurs remarques, étayant ainsi un peu plus les trois registres remplis par les alésiens et autres habitants de l’Agglo.

« Le Préfet du Gard avait émis un avis défavorable », rappelle un habitant

La consultation des registres laisse peu de place au doute : l’immense majorité des personnes qui se sont déplacées en mairie est contre ce projet. Beaucoup s’indignent des dates choisies pour mener une telle enquête (du 21 juillet au 22 août avant qu’elle ne soit prolongée jusqu’au 5 septembre, NDLR) : « Il est choquant qu’une telle enquête ait lieu en période estivale », s’agace un opposant. Une remarque qui revient également très souvent s’appuie sur un avis du Préfet, comme le rappelle un citoyen : « Les zones sont classées par le PPRI (Plan de Prévention du Risque d’Inondation, NDLR) en zones inondables. Le Préfet du Gard avait émis un avis défavorable ». Un autre ajoute que : « Le responsable de la DDE du Gard » avait, lui aussi, « émis un avis défavorable en 2005 ». Enfin, certains s’étonnent que la mairie d’Alès préfère défendre « des intérêts privés au mépris de la sécurité des personnes » alors qu’un ancien assureur prévient, si le projet devait voir le jour : « Les futures populations n’auront pas la possibilité de couvrir leurs risques ».

De gauche à droite, Ghislaine Soulet, Jean-Michel Suau et Fabien Gabillon. Photo Tony Duret / Objectif Gard
De gauche à droite, Ghislaine Soulet, Jean-Michel Suau et Fabien Gabillon. Photo Tony Duret / Objectif Gard

L’apport « de nombreux emplois locaux », affirme un partisan

Dans ce lot de mécontents, quelques rares soutiens - des chefs d’entreprise pour la plupart – trouvent bien quelques avantages. L’un voit une opportunité « d’apporter de nombreux emplois locaux sur plusieurs années » alors qu’un patron atteste ne pas avoir été inondé en 2002 et assure qu’il « attend ce projet commercial avec impatience ».

La chance des partisans du projet, c’est que la majorité n’aura pas forcément raison. D’abord, parce qu’il est utile de rappeler que dans de telles enquêtes, ce sont essentiellement les personnes en désaccord qui se déplacent pour le dire. Un partisan juge souvent moins utile de le faire savoir. Enfin, la décision finale revient au commissaire enquêteur qui dispose d’un mois pour donner un avis motivé. Tiens, voilà un point commun aux deux camps : ils vont devoir s’armer de patience.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “ALÈS Le projet du complexe commercial mis à rude épreuve par les habitants”

  1. Le problème n’est pas de savoir qui se déplace ou pas comme le sous-entend un peu facilement le journaliste c’est de savoir si on continue sur Alès certaines dérives foncières et immobilières. C’est à dire si on continue à construire en zones inondables. Un peu plus ou un peu moins peu importe. Quand les gens « gourgueront » : on dira c’est la fatalité, le dérèglement climatique …mais surtout pas les élus.
    Quant aux emplois locaux qui seraient créés c’est franchement du pipeau. Dans une ville qui dispose déjà d’une sur capacité commerciale : les emplois créés compenseront à peine les emplois détruits par ailleurs vu la faiblesse du pouvoir d’achat. Enfin c’est encore un coup de porté aux commerces du centre ville. Curieux que le maire et la CCI sacrifient le centre ville au profit de la périphérie. L’explication se trouve peut être dans les liens étroits entre certains promoteurs et certains élus. Chacun sait que la France surtout au Sud n’est pas un modèle en matière de lutte anti-corruption. Les journalistes devraient enquêter notamment sur certains réseaux et en particulier le rôle de Cobaty.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité