A la uneEconomieEconomie.

LE FAIT DU JOUR Vendanges : « une très belle récolte » attendue dans les côtes du Rhône

Photo d'illustration
Photo d'illustration

Les vendanges ont démarré depuis quelques jours dans le Gard rhodanien, et vont s’étirer sur six semaines. Que vont-elles donner ? Eléments de réponse avec le président du syndicat des vignerons des côtes du Rhône et de Laudun Chusclan Vignerons Philippe Pellaton.

Ce n’est un secret pour personne, le monde du vin a connu une grave crise ces dernières années. Si le plus dur a été passé, les dernières années ont vu un rendement en baisse constante, et ce dans toute la vallée du Rhône. Cette année, en revanche, ce devrait être différent.

De quoi « renflouer la trésorerie »

Pour Philippe Pellaton, ces vendanges 2014 annoncent « globalement une très belle récolte, tant en volumes qu’en qualité », et ce même si le temps n’a pas toujours été dans le camp des vignerons : « nous avons eu une pointe d’inquiétude avec les pluies qu’il y a eu jusqu’à la fin août, mais depuis on est très sereins. Ce devrait être une des meilleures récoltes depuis très longtemps. »

De fait, le rendement règlementé a été augmenté, passant de 51 hectolitres par hectare à 54. « Beaucoup de producteurs arriveront à 54 hectolitres par hectare », se félicite le président du syndicat des vignerons des côtes du Rhône. Il faut dire que « jusqu’à l’année dernière, on était à 40 hectolitres par hectares », se souvient-il.

Un bon rendement qui va permettre, selon lui « de renflouer la trésorerie, à un moment où les prix de vente sont hauts. » Car il faut dire que jusqu’ici, les vignerons des côtes du Rhône étaient touchés par un manque de volume de production, mettant en péril la rentabilité de leurs exploitations.

Philippe Pellaton (photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Philippe Pellaton (photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les intempéries « invisibles au niveau de l’appellation »

Une belle récolte à venir, mais pas pour tout le monde. Frappés par la grêle le 20 juillet dernier, certains viticulteurs, notamment du côté de Saint-Paulet-de-Caisson, ont perdu l’intégralité de leur récolte.

Des intempéries qui « n’ont pas eu d’influence au niveau des côtes du Rhône », explique Philippe Pellaton. « Les côtes du Rhône, c’est 45 000 hectares, la grêle a frappé 2 000 hectares, note t-il. L’aléa grêle est catastrophique individuellement, mais invisible au niveau de l’appellation. »

Dernier point, l’emploi. Chaque année, plus de 300 000 travailleurs saisonniers font les vendanges dans le pays. Au niveau régional, ce sont 20 000 saisonniers qui viennent faire les vendanges. Du côté de Laudun Chusclan Vignerons, pas moins d’une soixantaine de saisonniers viendront prêter main forte lors des six semaines de vendanges, et ce rien que sur la cave. Cette année, ils ne devraient pas s’ennuyer.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

29 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close