A la uneEcologie.EconomieInsolitePersonnalités.Santé.Société

FAIT DU JOUR Nouveau défi pour Kito de Pavant : embarquer sur la route du sommeil !

Kito de Pavant à bord du moncoque avec lequel il va s'élancer pour la Route du Rhum. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Kito de Pavant à bord du moncoque avec lequel il va s'élancer pour la Route du Rhum. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Les jours sont comptés pour Kito de Pavant. Le 2 novembre prochain, le navigateur Gardois s’élancera de Saint-Malo pour rejoindre Pointe-à-Pitre à l’occasion de la célèbre Route du Rhum, course mythique qui fait rêver tous les amoureux de la mer. « C’est la course qui m’a décidé à devenir marin », précise même le navigateur. Mais d’ici le 2 novembre, Kito de Pavant a encore du « pain sur la planche », comme il le dit, et encore plus sur celle de son monocoque. Le quinquagénaire a déjà relevé un premier défi, et pas n’importe lequel, en récoltant les 300 000€ dont il avait besoin pour s’élancer. Son « Made in Midi », qui réunit de nombreux partenaires comme Perrier, Little Marcel, Midi Libre (…), séduit les entreprises locales et en attire de nouvelles comme Bastide Médical, groupe qui s’est notamment spécialisé dans le dépistage de l’apnée du sommeil et qui finance le marin à hauteur de 120 000€.

A gauche, le médecin Bertrand de la Giclais, spécialiste du sommeil et de la vigilance. A droite, Vincent Bastide, sponsor de Kito de Pavant. Photo Tony Duret / Objectif Gard
A gauche, le médecin Bertrand de la Giclais, spécialiste du sommeil et de la vigilance. A droite, Vincent Bastide, sponsor de Kito de Pavant. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Connais-toi toi-même

En accord avec son nouveau sponsor et pour faire avancer la recherche, le navigateur a accepté de se plier à une expérience originale qui pourrait bien lui donner un vrai coup de pouce dans cette aventure maritime qui, pour les plus rapides, dure un peu plus de sept jours. Courant septembre, pendant sa préparation à la course, Kito de Pavant va être équipé d’électrodes placées sur le crâne, afin que les médecins étudient son sommeil. Le docteur Bertrand de la Giclais, médecin spécialiste du sommeil à l’Hôtel Dieu à Paris, se lance dans une explication passionnante : « Un individu dort en moyenne 7 à 8 heures par nuit. Mais pour la moitié, c’est du sommeil léger. Un marin, bien évidemment, ne peut pas dormir autant. Lui, il ne dormira que 2 à 3 heures dans la nuit. Du coup, on va faire en sorte de lui indiquer les meilleurs moments pour qu’il bénéficie d’un sommeil réparateur ».

Kito de Pavant. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Kito de Pavant. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le sommeil à la carte

Ainsi, pendant quatre jours environ, le sommeil du navigateur de Port-Camargue va être relevé grâce aux électrodes et disséqué afin de déterminer à quel moment Kito a intérêt à s’endormir. « Ce sera du sommeil à la carte. Il est important que les marins dorment même si c’est très culpabilisant pour un navigateur de laisser son bateau quelques temps. Mais il faut savoir que les dix premiers de la Solitaire du Figaro sont ceux qui dorment le plus ! », indique le docteur de la Giclais balayant ainsi pas mal d’idées reçues. Enfin, selon le médecin, il est préférable d’éviter les protéines avant de dormir. Elles augmentent la température du corps. Dans l'idéal, il faut privilégier les sucres et ne pas non plus faire trop d’exercice physique. En pleine Route du Rhum, ce n’est pas gagné !

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité